Le point Vétérinaire n° 287 du 01/07/2008
 

Pathologie articulaire des bovins

Pratique

CAS CLINIQUE

Marie Cassagne*, Denis Grancher**, Pierre Bézille***, Rhida Frika****, Marie-Anne Arcangioli*****


*112, vallon de la Grave
13790 Peynier
**Nutrition/alimentation
***Pathologie du bétail
Université de Lyon, ENV de Lyon
1, avenue Bourgelat
692810 Marcy-L’Étoile
****Pathologie du bétail
Université de Lyon, ENV de Lyon
1, avenue Bourgelat
692810 Marcy-L’Étoile
*****Pathologie du bétail
Université de Lyon, ENV de Lyon
1, avenue Bourgelat
692810 Marcy-L’Étoile

Le facteur prédominant dans le déclenchement clinique de l’ostéochondrose est recherché : la piste des minéraux (Ca, P, Cu et Zn) est mise en avant.

Résumé

Deux taurillons charolais âgés d’environ un an présentent une parésie postérieure, évoluant depuis deux mois. Malgré le traitement médical entrepris, ils restent incapables de se déplacer (plantigradie, décubitus). Les taux plasmatiques de phosphore et de calcium sont bas. L’autopsie conclut à une ostéochondrose disséquante coxofémorale chez l’un, scapulo-humérale chez l’autre, et à des ulcérations des cartilages articulaires des coudes et des tarses. Cette affection fait intervenir des facteurs zootechniques et génétiques. Peu de cas ont été publiés et elle pourrait être sous-diagnostiquée en France.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...