Le point Vétérinaire n° 287 du 01/07/2008

Parasitologie canine et féline

Mise à jour

AVIS D’EXPERTS

Lénaïg Halos*, Frédéric Beugnet**


*Unité de parasitologie,
ENV d’Alfort
7, avenue du Général-Leclerc
94700 Maisons-Alfort
**Merial
29, avenue Tony-Garnier
69348 Lyon

L’émergence ou la réémergence, que ce soit chez l’homme ou l’animal, des maladies à transmission vectorielle, les replacent au centre des challenges médicaux du XXIe siècle.

Résumé

Les malades à transmission vectorielle sont transmises d’un individu à un autre par l’intermédiaire d’un vecteur, qui parfois peut jouer le rôle de réservoir. Cela confère à chacune une épidémiologie particulière. Leur émergence dans des zones jusque-là indemnes ou leur réémergence et leur impact sur les santés animale et humaine les placent au cœur de l’actualité médicale vétérinaire.

Les modifications climatiques ainsi que le changement de mode de vie et des activités de l’homme permettent l’extension des biotopes des vecteurs et l’amplification des contacts entre vecteur et récepteur. Les arthropodes vecteurs de ces maladies chez les carnivores domestiques sont les tiques majoritairement, les puces, les moustiques et les phlébotomes. Leur diagnostic n’est pas aisé car les tableaux cliniques ne sont pas spécifiques. Il repose sur la confrontation des éléments épidémiologiques (saison, zone géographique, etc) avec les signes cliniques. L’établissement d’un diagnostic de certitude fait appel au laboratoire par la réalisation de méthodes de diagnostic directe ou indirecte.

L’expression de maladies vectorielles dépend du “rendez-vous” entre les membres d’un système tripartite qui regroupe l’hôte, l’agent pathogène et le vecteur. Sous une influence environnementale forte, cette “rencontre” est également conditionnée par des facteurs propres à chacun des protagonistes. Cela explique la complexité et la diversité des maladies induites.Qu’est-ce qu’un vecteur ? Frédéric Beugnet : La notion de maladie à transmission vectorielle se fonde sur la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui désigne un vecteur comme « un arthropode hématophage qui ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK