Le point Vétérinaire n° 287 du 01/07/2008
 

Reproduction des vaches laitières

Mise à jour

LE POINT SUR…

Marie Saint-Dizier*, Sylvie Chastant-Maillard**


*AgroParisTech
UFR génétique, élevage et reproduction
UMR Inra/ENVA/CNRS biologie du développement et reproduction
16, rue Claude-Bernard 75231 Paris Cedex 05
stdizier@agroparistech.fr
**Unité de reproduction animale
UMR Inra/ENVA/CNRS biologie du développement et reproduction
7, av. du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort

Lors de baisse de fécondité, les pratiques d’élevage ne sont pas seules en cause. La physiologie particulière des vaches laitières hautes productrices doit aussi être prise en compte.

Résumé

La fécondité des vaches prim’holstein diminue en France comme ailleurs depuis plus de 15 ans. L’absence de détection des chaleurs en est une cause importante. Les anomalies de reprise de la cyclicité post-partum et l’expression fruste des chaleurs sont principalement à l’origine d’une non-détection de l’œstrus chez les vaches holstein. Lorsque les chaleurs sont détectées, plusieurs mécanismes peuvent mener à un échec de l’insémination (kyste folliculaire, intervalle de temps inadéquat entre le début des chaleurs et l’ovulation, gamètes de qualité insuffisante ou mort de l’embryon). Le risque d’apparition de l’ensemble de ces mécanismes est multifactoriel.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...