Le point Vétérinaire n° 286 du 01/06/2008
 

Gastro-entérologie canine et féline

Mise à jour

Avis d’experts

Laurent Guilbaud*, Christine Médaille**


*Clinique vétérinaire
544, boulevard Louis-Blanc
69400 Villefranche-sur-Saône
**Laboratoire Vébiotel
41 bis, avenue Aristide-Briand
94117 Arcueil Cedex

Lors de diarrhée chronique chez le chien et le chat, un syndrome de malassimilation doit être suspecté. Une fois établi, il convient de le localiser et de rechercher une cause sous-jacente.

Résumé

Le syndrome de malassimilation se caractérise par un défaut de digestion et de malabsorption. Sur le plan clinique, il se présente par un ensemble de signes non spécifiques : une diarrhée, un amaigrisement, une altération du pelage et une fonte musculaire. Il convient, dans un premier temps, de localiser la malassimilation luminale, pariétale ou postentérocytaire, puis, dans un second temps, de rechercher la cause et les lésions associées. Le diagnostic s’établit à la lumière de l’examen clinique et des résultats des examens complémentaires de biologie et d’histopathologie. Le test TLI (trypsine-like immunoreactivity), et les dosages de la vitamine B12 et des folates sont indispensables. Les autres recherches sanguines (numération et formule, biochimie courante, dosages endocriniens, etc.), la coproscopie, ainsi que l’analyse histopathologique de biopsies intestinales sont complémentaires. Le traitement est à la fois médical et diététique.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...