Le point Vétérinaire n° 285 du 01/05/2008
 

Conduite d’élevage et parasitologie canines

Mise à jour

Le point sur…

Aurélien Grellet

Cerca-ENVA
7, avenue du général-de-Gaulle
94704 Maisons-Alfort

Une bonne connaissance des principaux moyens thérapeutiques et prophylactiques est particulièrement importante lors d’acariose chez une chienne gestante ou un jeune chiot.

Résumé

Les particularités physiologiques du chiot et de la femelle gestante sont susceptibles de modifier la pharmacocinétique (absorption, distribution, métabolisme et élimination) des xénobiotiques. Lors de l’utilisation de molécules acaricides, ces spécificités doivent être prises en compte. Les topiques classiques, notamment à base d’amitraz, dont l’application est contraignante, et qui ne sont pas recommandés chez la chienne gestante et les jeunes animaux, sont remplacés par des traitements systémiques tout aussi efficaces, d’utilisation plus aisée et plus sûre chez ces animaux à risque. L’ivermectine (hors autorisation de mise sur le marché), la sélamectine, la milbémycine-oxime et la moxidectine font partie de ces nouveaux antiparasitaires systémiques mis en œuvre dans le traitement de ces acarioses.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...