Le point Vétérinaire n° 283 du 01/03/2008
 

Neurologie canine

Pratique

Cas clinique

Kévin Le Boëdec*, Sophie Segond**, Dominique Fanuel***


*Centre hospitalier vétérinaire
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
**Service de pathologie
médicale des équidés
et des carnivores
ENV de Nantes
Atlanpole La Chantrerie
BP 40706
44307 Nantes Cedex 3

Le scanner permet de mettre en évidence les lésions de méningo-encéphalite granulomateuse si celles-ci sont focales. Mais seule l’histopathologie peut établir un diagnostic de certitude.

Résumé

Une méningo-encéphalite granulomateuse (MEG) focale est mise en évidence grâce à la réalisation d’un scanner chez une chienne bichon âgée de quatre ans. L’origine inflammatoire des troubles, hypothèse principale avant l’examen tomodensitométrique, est suspectée à partir de critères cliniques et épidémiologiques. Les résultats associés des images obtenues par tomodensitométrie et de l’analyse du liquide céphalo-rachidien permettent d’établir un diagnostic de quasi-certitude. Bien que le pronostic d’une MEG soit classiquement décrit comme sombre, une corticothérapie prolongée a permis dans le cas rapporté une régression durable bien qu’incomplète des signes cliniques et une survie dépassant l’année. L’emploi d’autres molécules immunosuppressives pourrait peut-être améliorer la qualité de vie de l’animal.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...