Le point Vétérinaire n° 282 du 01/01/2008
 

Orthopédie canine

Mise à jour

Avis d'experts

Isabelle Valin*, Bernard Bouvy**, Robert Moraillon***


*Clinique vétérinaire
5, rue Fernet
94700 Maisons-Alfort
**Centre hospitalier vétérinaire
43, avenue Aristide-Briand 94110 Arcueil
***Unité pédagogique de médecine ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94704 Maisons-Alfort

Le développement de techniques prospectives fiables, comme la symphysiodèse, semble faire diminuer l’incidence clinique de la dysplasie coxofémorale chez le chien.

Résumé

Les options chirurgicales lors de dysplasie coxofémorale chez le jeune sont variées. Leur choix dépend de multiples facteurs, tels que l’âge ou l’expression clinique de l’affection. Chez le chien âgé, l’option chirurgicale est envisagée lors d’inefficacité des AINS ou d’effets secondaires ingérables.

L’arthroscopie de la hanche permet une meilleure sélection des candidats au traitement chirurgical de la dysplasie coxofémorale juvénile.

La dysplasie coxofémorale est un vice rhédibitoire, ce qui laisse à l’acheteur un délai de 30 jours après livraison pour introduire une action. Cependant le Code de la consommation permet, en cas de détection de six mois à 2 ans après livraison, d’avoir recours au principe de garantie.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...