Le point Vétérinaire n° 280 du 01/11/2007
 

Neurologie des petits ruminants

Mise à jour

LE POINT SUR...

Alexandre Fediaevsky*, Jean-Noël Arsac**, Géraldine Cazeau***, Christian Ducrot****, Didier Calavas*****


*a.fediaevsky@afssa.lyon.fr
Afssa Lyon
31, av. T.-Garnier
69364 Lyon Cedex
Inra Theix, UR346 EA
63122 Saint-Genès-Champanelle
**Afssa Lyon
31, av. T.-Garnier
69364 Lyon Cedex
***Afssa Lyon
31, av. T.-Garnier
69364 Lyon Cedex
****Inra Theix, UR346 EA
63122 Saint-Genès-Champanelle
*****Afssa Lyon
31, av. T.-Garnier
69364 Lyon Cedex

La tremblante atypique regroupe les cas historiques et d’autres cas européens discordants de points de vue biochimique, mais aussi lésionnel et génétique.

Résumé

En 1998, une forme particulière de tremblante ovine a été isolée dans un contexte de réévaluation du risque associé à l’encéphalopathie spongiforme bovine chez les petits ruminants. D’autres cas ont été mis en évidence en Europe à partir de 2004, discordants notamment par les résultats hétérogènes obtenus aux tests rapides de dépistage. Dans la catégorie de tremblante baptisée “atypique” par l’Autorité européenne de sécurité des aliments, les lésions du système nerveux central sont diverses dans leur nature et leur localisation.

Le séquençage génétique et des études épidémiologiques ont permis de préciser les risques relatifs associés à différents allèles, nettement différents de ceux décrits pour la tremblante classique.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...