Le point Vétérinaire n° 280 du 01/11/2007
 

Cardiologie du chien

Pratique

CAS CLINIQUE

François Serres*, Valérie Chetboul**, Carolina Carlos Sampedrano***, Vassiliki Gouni****, Jean-Louis Pouchelon*****


*Unité de cardiologie, ENV d’Alfort
**Unité de cardiologie, ENV d’Alfort
UMR INSERM-ENVA U841
***Unité de cardiologie, ENV d’Alfort
UMR INSERM-ENVA U841
****Unité de cardiologie, ENV d’Alfort
UMR INSERM-ENVA U841
*****Unité de cardiologie, ENV d’Alfort
UMR INSERM-ENVA U841

Un chien de race rottweiler mâle âgé de neuf ans est présenté en consultation pour l’exploration d’une cardiopathie décompensée.

Ce chien est suivi depuis plusieurs semaines pour une ascite résistante à l’administration d’un inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (énalapril) et de doses croissantes de furosémide. L’examen clinique montre un animal abattu, discrètement polypnéique, avec une distension abdominale majeure et un signe de flot.

L’examen cardiovasculaire révèle une fréquence cardiaque élevée (210 battements par minute), associée à un rythme fortement irrégulier et à un pouls peu frappé. L’auscultation met en évidence un souffle systolique apexien gauche de faible intensité (2/6).

Diagnostic

• Dans un premier temps, un examen électrocardiographique est effectué afin de mieux caractériser l’origine de la tachycardie (tracé). Il confirme une tachycardie très irrégulière (fréquence cardiaque comprise entre 160 et 220 bpm). Les complexes ventriculaires sont larges. L’absence d’onde P et la présence de fines trémulations de la ligne de base sont observées. Ce tracé évoque une fibrillation atriale associée à un bloc de branche gauche (la dépolarisation principale étant positive en D2). L’hypothèse d’une tachycardie ventriculaire droite ne peut être retenue en raison de l’irrégularité très marquée.

• Ce trouble du rythme suggère un remaniement myocardique important. Un examen échocardiographique est donc réalisé. Il met en évidence un effondrement de l’inotropisme ventriculaire gauche, associé à une dilatation cavitaire (atriale et ventriculaire) droite et gauche et à un amincissement des parois ventriculaires gauches.

Un diagnostic de myocardiopathie dilatée probablement idiopathique, avec insuffisance cardiaque globale et arythmie secondaire, est établi. Le pronostic est sombre. Un traitement antiarythmique, association de digoxine à la dose de 0,005 mg/kg matin et soir et d’amiodarone à la dose de 15 mg/kg/j, est instauré afin de tenter de ralentir le rythme supra­ventriculaire.

Discussion

L’association d’une fibrillation atriale et d’un bloc de branche peut constituer un piège diagnostique, notamment en raison de la similitude électrocardiographique de ce trouble du rythme avec une tachycardie ventriculaire (TV) irrégulière. Ces troubles du rythme peuvent être indifféremment retrouvés lors de myocardiopathie dilatée : la distinction s’effectue grâce à l’analyse de l’électrocardiogramme. Dans ce cas, le caractère monomorphe irrégulier des ventriculogrammes rend la TV peu probable, une TV monomorphe étant théoriquement très régulière. La distinction est importante car le traitement antiarythmique est différent. La digoxine reste la molécule la plus souvent employée en première intention en cas de fibrillation atriale. Récemment, l’emploi de l’amiodarone (utilisée seule ou associée à la digoxine ou au diltiazem) a été décrit dans cette indication [3]. Cette molécule permet de diminuer la fréquence cardiaque de plus de 20 % dans les trois quarts des cas. Un retour à un rythme sinusal est observé chez un tiers des animaux [3].

Le pronostic lors de myocardiopathie dilatée reste très réservé. Dans le cas décrit, plusieurs critères pronostiques péjoratifs sont présents, dont l’ascite et la fibrillation atriale [1, 2].

Références

  • 1 - Borgarelli M, Santilli RA, Chiavegato D, D’Agnolo G, Zanatta R, Manelli A, Tarducci A. Prognostic indicatorsfor dogs with dilated cardiomyopathy. J. Vet. Intern. Med. 2006;20:104-110.
  • 2 - Calvert CA, Hall G, Jacobs G, Pickus C. Signalment, survival, and prognostic factors in Doberman pinschers with end-stage cardiomyopathy. J. Vet. Intern. Med. 1997;11:323-326.
  • 3 - Saunder AB, Miller MW, Gordon SG et coll. Oral amiodarone therapy in dogs with atrial fibrillation. J. Vet. Intern. Med. 2006;20:921-926.

Tracé : Dérivation II 10 mm = 25 ms, 10 mm = 1 mV. Tachycardie avec rythme irrégulier, non sinusal et qRs de morphologie ventriculaire : fibrillation atriale avec bloc de branche.