Le point Vétérinaire n° 280 du 01/11/2007
 

OBSTÉTRIQUE BOVINE

Infos

QUESTION DE LECTEUR

Frédéric Lallet

Clinique vétérinaire
Anglures, 61300 Saint-Sulpice-sur-Risle

Lors de présentation antérieure du veau, un abord par le flanc droit facilite l’extraction et la suture.

La césarienne par le flanc droit offre un accès plus direct à l’utérus gestant. En raison de la place qu’occupe le rumen à gauche chez les bovins, l’utérus gravide s’étend davantage à droite.

• Pour un veau en présentation antérieure abordé par le flanc droit, l’incision utérine est réalisée au niveau des épaules du veau, assez caudo-dorsalement sur la grande courbure utérine. Le contrôle (transrectal) de la plaie chirurgicale est facilité dans les jours ou les semaines qui suivent l’intervention, en cas de besoin. Par le flanc gauche, la plaie est davantage vers l’extrémité de la corne gestante, en regard des jarrets du veau.

• Par le flanc droit en présentation antérieure, il n’est pas nécessaire pour l’extraction de soulever le veau pour l’amener dans l’ouverture abdominale : l’opérateur se contente d’un mouvement de guidage de la descente “naturelle” du veau de haut en bas, ce qui est appréciable pour des veaux potentiellement plus lourds que l’opérateur.

• La suture utérine est facilitée car la plaie a tendance à “tomber” vers l’ouverture cutanée. Ainsi, nul besoin des mains d’un assistant à l’intérieur de la cavité abdominale pour forcer la corne utérine à rester accessible à la suture. L’éleveur reste disponible pour la contention de la vache.

• Un adepte de la césarienne par le flanc gauche craint en général que les anses intestinales gênent l’acte chirurgical lors d’abord par la droite. En fait, l’omentum sert de rideau entre les anses intestinales et la plaie. Dès l’abord abdominal, il est récliné pour contenir les anses cranio-dorsalement à l’utérus. Il remplit encore mieux sa fonction de contention intestinale, une fois l’utérus vidé de son contenu, pendant les sutures.

• Une césarienne par le flanc droit lors d’une gestation dans la corne gauche (plus rare) n’est pas gênante, puisque l’utérus est ouvert près du col. En cas de gémellité, la technique par la droite offre un meilleur contrôle visuel de l’intérieur de l’abdomen. Il est aussi possible de vérifier la topographie abdominale de la caillette par cette voie d’abord. Il est toutefois nécessaire de prendre garde que le veau n’emporte pas entre ses pattes une anse intestinale (ventrale), mais cela est aussi vrai pour un abord par la gauche. Tocolytiques et tranquillisants facilitent le contrôle des efforts spasmodiques maternels (exemples : Duphasmasmin® 10 ml et Rompun® 1 ml par voie intraveineuse).

L’abord par la droite n’est pas recommandé pour des présentations postérieures, car l’abdomen résiste davantage à la latéroflexion imposée pour l’extraction que l’encolure lorsque le veau est en présentation antérieure. Le risque de déchirure utérine est accru.

La meilleure technique reste en définitive celle qui est la mieux maîtrisée. Toutefois, il paraît utile de disposer de plusieurs techniques pour aborder la variété de situations qui se présentent dans le quotidien d’un obstétricien.

Tête du veau en cours d’extraction par le flanc droit (présentation antérieure). Il est possible à ce stade d’administrer un analeptique respiratoire (Respirot® sublingual).