Le point Vétérinaire n° 279 du 01/10/2007

Coryza chez un lapin

Pratique

SUR ORDONNANCE

Adeline Linsart*, Hervé Pouliquen**


*41, rue du Président-Roosevelt, 78500 Sartrouville
**Unité de pharmacologie et de toxicologie, ENV de Nantes

Lors d’affection respiratoire chez les petits mammifères, l’aérosolthérapie, facile à utiliser et pratiquement dépourvue d’effets secondaires, permet une excellente bronchodilatation.

Un lapin âgé de six mois est suivi pour un coryza grave. L’instauration d’un traitement antibiotique (enrofloxacine : Baytril 5 %®(1), 10 mg/kg, deux fois par jour per os) et expectorant (acétylcystéine : Exomuc 200 mg®(2) 10 mg/kg, deux fois par jour per os) a permis une légère régression des symptômes, mais de nombreux éternuements et un jetage purulent persistent. Des séances d’aérosolthérapie sont prescrites en complément.Bonnes pratiques de l’aérosolthérapie À la clinique, il est possible d’utiliser des cuves de nébulisation qui s’adaptent sur la sortie “oxygène” ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK