Le point Vétérinaire n° 279 du 01/10/2007
 

Coryza chez un lapin

Pratique

SUR ORDONNANCE

Adeline Linsart*, Hervé Pouliquen**


*41, rue du Président-Roosevelt, 78500 Sartrouville
**Unité de pharmacologie et de toxicologie, ENV de Nantes

Lors d’affection respiratoire chez les petits mammifères, l’aérosolthérapie, facile à utiliser et pratiquement dépourvue d’effets secondaires, permet une excellente bronchodilatation.

Un lapin âgé de six mois est suivi pour un coryza grave. L’instauration d’un traitement antibiotique (enrofloxacine : Baytril 5 %®(1), 10 mg/kg, deux fois par jour per os) et expectorant (acétylcystéine : Exomuc 200 mg®(2) 10 mg/kg, deux fois par jour per os) a permis une légère régression des symptômes, mais de nombreux éternuements et un jetage purulent persistent. Des séances d’aérosolthérapie sont prescrites en complément.Bonnes pratiques de l’aérosolthérapie À la clinique, il est possible d’utiliser des cuves de nébulisation qui s’adaptent sur la sortie “oxygène” ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous