Le point Vétérinaire n° 279 du 01/10/2007
 

Orthopédie bovine

Pratique

PAS À PAS

Paul Périé

Clinique vétérinaire, 6 quai Félix-Faure, 27500 Pont-Audemer

Les contractures tendineuses du veau imposent parfois une intervention.

La bouleture (de même que l’arqure) est considérée comme l’anomalie musculo-squelettique la plus fréquente chez les veaux nouveau-nés [1]. La plupart des cas sont congénitaux et héréditaires. En race charolaise, ce syndrome est dû à un gène récessif autosomal, seuls les animaux homozygotes étant atteints [3]. Ces anomalies s’observent donc dès la naissance. Mais de rares cas de contracture tendineuse consécutifs à des traumatismes peuvent être rencontrés chez des animaux plus âgés [2].

La bouleture se caractérise par une flexion excessive de l’articulation métacarpo- (ou métatarso-) phalangienne et se manifeste par une impossibilité d’extension de l’articulation du boulet. Le pied bot consiste en une flexion excessive de l’articulation phalangienne distale et en une impossibilité d’extension de l’articulation du paturon. Le pied bot est plus rare que la bouleture. Ces deux affections peuvent être associées et même concomitantes de l’arqure (flexion excessive de l’articulation du carpe).

Le traitement envisagé doit tenir compte de la sévérité de l’affection :

- lors d’atteinte légère (le veau marche simplement sur la pointe des onglons), il convient d’encourager l’exercice. Le veau doit être levé régulièrement et une physiothérapie matin et soir (mouvements d’extension forcée) est mise en œuvre. À cela peuvent s’adjoindre certains traitements médicamenteux : vitamines A, B, D3, E, mélange de calcium et phosphore, oligo-éléments. L’oxytétracycline (Terra 100®, 20 à 30 ml, deux injections à 48 heures d’intervalle) a également été recommandée pour supprimer la contracture musculaire, mais son efficacité reste très controversée et sa néphrotoxicité limite son emploi à haute dose [3];

- lors d’atteinte modérée (mise en extension difficile du membre) ou si le traitement médical n’a pas permis de guérison après deux semaines, une immobilisation en extension forcée est pratiquée du coude aux onglons sur le membre antérieur ou du jarret aux onglons sur le membre postérieur ;

- lors de cas sévères (impossibilité d’étendre le membre ou appui sur les boulets) ou si les traitements précédents sont insuffisants, une ténotomie est nécessaire (tendon fléchisseur superficiel des doigts lors de bouleture ou tendon fléchisseur profond des doigts lors de pied bot). Celle-ci doit avoir lieu dans les trois premières semaines. Si les deux membres sont atteints, ils sont opérés en même temps.

Remerciements

à Amandine Pottier pour son aide dans la réalisation de l’iconographie.

Références

  • 1 - Blowey RW, Weaver AD. Contracture des tendons (arqure et bouleture). Dans : Guide pratique de médecine bovine. Oxford. 2003 : 17.
  • 2 - Giraud N, Voldoire E, Martinot S. Bouleture aiguë chez un veau charolais. Point Vét. 2005 ; 253 : 62-65
  • 3 - Ravary B, Sattler N. Contractures tendineuses congénitales. Dans : Néonatalogie du veau. Ed. Point Vétérinaire, Rueil-Malmaison, 2006 : 209-217

1 Préparation et anesthésie

Le veau est anesthésié (xylazine associée à la kétamine, ou mélange romifidine-tilétamine-zolazépam, mais hors AMM). Il est placé en décubitus latéral, puis le site chirurgical de la correction de la bouleture situé en face palmaire du métacarpe (ou plantaire du métatarse) est préparé par une tonte (ou un rasage), un savonnage à la Vétédine® savon et une désinfection. Un champ opératoire est utile.

2 Incision cutanée

L’incision cutanée est effectuée sur la face palmaire du membre, juste en dessous de la mi-hauteur du canon, le long du tendon fléchisseur superficiel des doigts, légèrement décalée médialement.

3 Incision du fascia

Dissection mousse aux ciseaux de Mayo du tissu sous-cutané, puis incision du fascia qui entoure les tendons fléchisseurs superficiel et profond des doigts.

4 Extériorisation du tendon

Chargement de la face médiale vers la face latérale du tendon fléchisseur superficiel des doigts.Il convient de prendre soin de ne pas emmener l’artère, la veine et le nerf digitaux communs plantaires situés médialement le long du tendon.

5 Section du tendon superficiel

Section au scalpel du tendon fléchisseur superficiel des doigts.

6 Section du tendon profond (pied bot)

Lorsqu’un pied bot est associé, l’intervention chirurgicale est complétée par le chargement et la section du tendon fléchisseur profond des doigts (situé sous le tendon fléchisseur superficiel des doigts), et éventuellement du côté latéral de la gaine si celle-ci est rétractée, en prenant toujours soin de préserver l’artère, la veine et le nerf digitaux communs plantaires.

7 Suture du fascia

Le fascia peut être ensuite refermé par un surjet de type Schmieden avec un fil résorbable, monobrin ou tressé, de décimale 3, ou laissé tel quel. La réalisation d'un surjet sous-cutané n'est pas non plus nécessaire.

8 Suture cutanée

Le tissu cutané est suturé par des points simples ou un surjet en “U” avec un fil de décimale 4 ou 5. Puis une antibioprévention à l’aide de pénicilline et de streptomycine, par voie intramusculaire, aux doses standard est pratiquée pendant trois jours.

9 Immobilisation

Les membres opérés sont immobilisés en extension forcée après la (les) ténotomie(s). Afin de faciliter la station debout, certains auteurs recommandent de n’immobiliser que le membre le plus atteint, puis une fois le premier libéré, d’immobiliser l’autre si nécessaire. Néanmoins, l’emploi de matériaux légers (gouttière de PVC) permet au veau de se lever, même si les deux membres sont immobilisés.