Le point Vétérinaire n° 278 du 01/09/2007
 

Cardiologie du chien

Pratique

CAS CLINIQUE

François Serres*, Valérie Chetboul**, Carolina Carlos Sampedrano***, Vassiliki Gouni****, Jean-Louis Pouchelon*****


*Unité de cardiologie d'Alfort, ENVA
**Unité de cardiologie d'Alfort, ENVA
***UMR INSERM-ENVA U841
****Unité de cardiologie d'Alfort, ENVA
*****UMR INSERM-ENVA U841
******Unité de cardiologie d'Alfort, ENVA
*******UMR INSERM-ENVA U841
********Unité de cardiologie d'Alfort, ENVA
*********UMR INSERM-ENVA U841

Un chien de race caniche mâle âgé de 15 ans est présenté au service des urgences à la suite de l’apparition la veille d’une dyspnée aiguë.

Le propriétaire rapporte également la présence d’une toux forte, non liée à l’effort, depuis plusieurs mois. Lors de l’examen clinique, l’animal est très abattu et fortement polypnéique. Le signe du flot est positif. L’examen cardiovasculaire révèle une fréquence cardiaque normale (140 battements par minute) avec un rythme régulier et un pouls peu frappé. À l’auscultation, un souffle systolique apexien gauche de forte intensité (4/6) est mis en évidence, associé à des crépitements pulmonaires.

Diagnostic

• En raison des difficultés respiratoires, un examen radiographique est réalisé en premier lieu afin de mieux caractériser l’origine de la dyspnée. Il confirme la présence d’un œdème alvéolaire du poumon et d’une cardiomégalie. Une insuffisance cardiaque globale étant fortement suspectée, un examen échocardiographique est réalisé.

Cet examen montre la présence d’une insuffisance mitrale importante, associée à une dilatation atriale et ventriculaire gauche très marquée (). Les valvules mitrales sont irrégulières et épaissies. L’atrium et le ventricule droits sont également dilatés, avec un reflux tricuspidien occupant toute la surface atriale droite en mode Doppler couleur. L’analyse de ce reflux en mode Doppler continu révèle un flux de haute vélocité (plus de 5 m/s : 5,2 m/s), démontrant la présence d’une surpression ventriculaire droite très importante (la pression systolique étant estimée à 123 mmHg) ().

• Aucunobstacle à l’éjection pulmonaire n’étant visualisé, une hypertension artérielle pulmonaire systolique majeure à l’origine de la surpression droite est ainsi confirmée. Un épanchement pleural important et un épanchement péricardique modéré, secondaires à l’insuffisance cardiaque droite, sont visualisés. Un diagnostic de maladie valvulaire mitrale avec insuffisance cardiaque globale secondaire est établi. En dépit d’un traitement anticongestif mis en place rapidement (bénazépril 0,3 mg/kg/j per os, aldactone 2 mg/kg/j per os et furosémide 1 mg/kg toutes les six heures par voie sous-cutanée), l’état de l’animal se dégrade progressivement. Il est euthanasié à la demande de ses propriétaires après 72 heures d’hospitalisation.

Discussion

L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est un syndrome regroupant un ensemble hétérogène de maladies responsables d’une augmentation de la pression artérielle pulmonaire. Celle-ci ne pouvant être directement mesurée qu’en pratiquant un cathétérisme intracardiaque, la prévalence de l’HTAP est longtemps restée méconnue. Le développement de l’échographie et surtout du mode Doppler, en permettant de mesurer indirectement cette pression, a révélé que l’HTAP est relativement fréquente, notamment chez les chiens atteints de maladie valvulaire mitrale (MVM). Ainsi, une étude réalisée à l’unité de cardiologie d’Alfort sur 86 cas d’HTAP secondaire à une MVM indique une prévalence moyenne non négligeable (13,9 %) [1]. Une augmentation nette de cette dernière est retrouvée avec l’évolution clinique (> 70 % des cas au stade 3). Chez ces animaux, l’HTAP survient en “réaction” à l’élévation de la pression atriale gauche secondaire à la MVM, qui se répercute dans un deuxième temps sur la vascularisation pulmonaire. L’évolution clinique peut être insidieuse (certains animaux restant longtemps asymptomatiques) avec des conséquences souvent majeures en fin d’évolution. L’HTAP évolue, en effet, en insuffisance cardiaque droite chez plus d’un quart des animaux [1]. La manifestation clinique la plus spectaculaire résultant d’une HTAP est l’insuffisance cardiaque droite avec ascite, dont l’influence sur le pronostic, lors de cardiopathie, est bien démontrée [2].

Références

  • 1 - Serres F, Chetboul V,Tissier R, Carlos Sampedrano C, Gouni V, Nicolle AP, Pouchelon JL. Doppler-echography derived evidence of pulmonary arterial hypertension in dogs with degenerative mitral valve disease : 86 cases, 2001-2005. J. Am.Vet. Med. Assoc. 2006;229:1772-1778.
  • 2 - Borgarelli M, Santilli RA, Chiavegato D, D’Agnolo G, Zanatta R, Manelli A,Tarducci A. Prognostic indicators for dogs with dilated cardiomyopathy. J.Vet. Intern. Med. 2006;20:104-110.

Photo 1 : Examen au mode bidimensionnel montrant une dilatation biatriale ainsi que des épanchements pleural et péricardique (coupe longitudinale 4 cavités, voie parasternale droite).Ep pleu : épanchement pleural. Ep péri : épanchement péricardique.

Photo 2 : Examen au mode Doppler continu de la régurgitation tricuspidienne, présentant un reflux de haute vélocité, traduisant une surcharge barométrique ventriculaire droite, donc une hypertension artérielle pulmonaire (coupe apicale 4 cavités, voie parasternale gauche).