Le point Vétérinaire n° 276 du 01/06/2007
 

Infos

QUESTION DE LECTEUR

Laurent Sochat

288, rue Armand Dutreix 87000 Limoges

Le complexe du fibrosarcome félin est un ensemble de tumeurs du tissu conjonctif sous-cutané qui apparaissent fréquemment dans la zone interscapulaire.

Le rôle démontré du système immunitaire dans la genèse de ces lésions post-traumatiques a conduit à envisager, depuis 2002, l’utilisation de l’interféron oméga comme thérapeutique adjuvante à l’intervention chirurgicale.

Le produit est injecté localement autour de la tumeur en un ou plusieurs points afin de profiter de son action de “contact” sur la réaction immunitaire. La dose totale administrée est de 5 millions d’unités (MUI). Le protocole comporte une série d’injections réparties sur deux mois.

L’étude préliminaire a successivement concerné des chats qui présentent une récidive comme une solution alternative à l’intervention, puis des traitements postopératoires après le diagnostic histologique et, enfin, des traitements préopératoires, d’abord sur des récidives, puis sur des tumeurs primitives.

Les premiers résultats montrent que l’interféron a une action sur les rapports de la tumeur avec son environnement en en diminuant l’agressivité. Cela a plusieurs conséquences :

- améliorer la tolérance de l’animal à sa tumeur, notamment en cas de récidive ;

- faciliter le traitement chirurgical de façon spectaculaire lors d’emploi en phase préopératoire, donc permettre une exérèse plus complète et une meilleure récupération.

En outre, les examens histologiques pratiqués sur les pièces d’exérèse après traitement mettent en évidence très fréquemment une métaplasie chondroïde (transformation cartilagineuse) de la tumeur, alors que les tumeurs opérées sans traitement ou avant celui-ci ne font pas l’objet de cette modification. Ce phénomène laisse à penser que le traitement a un effet sur la tumeur elle-même et qu’il s’inscrit dans le cadre prometteur de l’immunothérapie anticancéreuse.

La grande variabilité des cas traités ne permet pas de conclure sur un éventuel effet vis-à-vis des récidives, mais, en revanche, celles-ci peuvent être prises en charge en diminuant le traumatisme majeur que représente l’intervention chirurgicale classique dans ce cas de figure.

Notre expérience montre que l’interféron oméga présente un intérêt certain dans le traitement du complexe du fibrosarcome félin, particulièrement en phase préopératoire. Cependant, des essais ultérieurs permettront sans doute d’affiner les doses et les rythmes d’administration.

Pour l’heure, le protocole employé consiste à injecter des doses de 5 MUI selon la séquence suivante : à J0, à J3, à J6 lors de l’opération, à J16 lors du retrait des points, à J30 et à J60.

Ensuite, une surveillance est mise en place, avec ou sans injection tous les trente jours.

Lors de récidive, le protocole complet est repris.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...