Le point Vétérinaire n° 275 du 01/05/2007
 

Physiologie mammaire chez la vache

Mise à jour

LE POINT SUR…

Francis Sérieys

Filière Blanche
12 quai Dugay-Trouin
35000 Rennes
francis.serieys@wanadoo.fr

Des avancées scientifiques récentes mènent à repenser la gestion du cycle de production des vaches laitières et la conduite des troupeaux. Des essais d’applications sont en cours.

Résumé

Le nombre de cellules sécrétrices du tissu mammaire et leur renouvellement sont influencés par le stade physiologique et les conditions zootechniques et environnementales. L’ensemble de ces paramètres agit sur la production individuelle et sur la forme de la courbe de lactation, l’ingestion en début de lactation, le bilan énergétique, les troubles métaboliques, la fertilité et la longévité. Certains paramètres peuvent être modifiés : la stratégie individuelle vise à réduire les troubles métaboliques et l’infertilité chez des animaux très exposés (réduction de la durée de tarissement ou monotraite). À l’échelle collective, l’objectif est généralement d’adapter les lactations à une conduite alimentaire économe comme le pâturage d’herbe.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...