Le point Vétérinaire n° 275 du 01/05/2007

Affections respiratoires des jeunes bovins

Pratique

PAS À PAS

Ellen Schmitt-van de Leemput*, Engeline van Duijkeren**


*Clinique vétérinaire, 53700 Villaines-la-Juhel, France
**Veterinary Microbiological Diagnostic Center, Département
de bactériologie, École vétérinaire d’Utrecht, Pays-Bas

Identifier P. multocida et M. haemolytica justifie une antibiothérapie et explique les échecs vaccinaux.

Des techniques de bactériologie classique peuvent être réalisées sur des sécrétions respiratoires au cabinet vétérinaire. Une méthode simple est décrite dans cet article. Elle est fiable sur des échantillons prélevés par écouvillonnage profond à l’échelle collective des animaux malades (1). Elle comporte deux volets : - une identification primaire sur trois milieux de culture différents, identiques à ceux utilisés pour le lait (tableau) [11] ; - puis, une confirmation par trois testsou colorations (tableau complémentaire “Paramètres d’identification secondaire des bactéries de l’arbre respiratoire”). Cette étape est essentielle. Outre ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK