Le point Vétérinaire n° 274 du 01/04/2007
 

URGENCE DU CHIEN ET DU CHAT

Se former

COURS

Émilie Donas*, Xavier Henry**, Isabelle Goy-Thollot***


*Unité Siamu, ENV de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-L’Étoile

La prise en charge d’une urgence requiert un personnel soignant formé pour la reconnaître et y répondre, mais aussi un minimum d’équipement et d’agents pharmacologiques disponibles à tout moment.

Résumé

Les urgences peuvent être classées en fonction de leur gravité et de la rapidité d’intervention exigée. Le triage permet de déterminer quelles urgences peuvent être prises en charge à la clinique avec le matériel à disposition. L’équipement de la clinique dédié à l’urgence doit permettre a minima de satisfaire à l’obligation de moyens. Il peut être rassemblé dans une “trousse” dont les caractéristiques fonctionnelles (emplacement, forme) et le contenu sont adaptés à la pratique vétérinaire exercée. Son organisation doit autoriser un maximum d’efficacité dans la réanimation. La trousse d’urgence contient du matériel d’aide au diagnostic, du matériel thérapeutique, des agents pharmacologiques et des solutés de perfusion.

Médicalement, l’urgence se définit comme une situation nécessitant la prise en charge rapide d’un animal dont les fonctions vitales sont perturbées, voire en état de défaillance. Plusieurs niveaux d’urgence peuvent être distingués en fonction de la gravité de l’affection et de la rapidité d’intervention exigée. La technicité nécessaire à un traitement efficace de l’urgence s’accroît en général avec sa gravité. Pour un maximum d’efficacité, le matériel et les médicaments nécessaires doivent être rassemblés dans une trousse uniquement dédiée à cet effet. ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous