Le point Vétérinaire n° 273 du 01/03/2007
 

ÉPIDÉMIOLOGIE DES DIARRHÉES NÉONATALES BOVINES

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

René Fournier*, Muriel Naciri**


*Intervet SA, Angers Technopole
BP 17144, 49071 Beaucouzé
**Inra, Centre de recherche
de Tours, 37380 Nouzilly

Les cryptosporidies, les rotavirus et les colibacilles CS31A sont les agents les plus souvent identifiés lors de diarrhée néonatale. Des colibacilles autres que ceux du type F5 sont souvent isolés. Les associations sont fréquentes.

Résumé

Une enquête rétrospective, fondée sur des données statistiques de 2003 issues de 11 laboratoires départementaux, a été mise en place pour préciser la prévalence des différents agentsimpliqués dans les diarrhéesnéonatales bovines. Les résultats font apparaître une prévalence élevée des cryptosporidies (34 %), des rotavirus (30 %) et du colibacille de type CS31A (23 %), ainsi que l’importance des combinaisons entre ces trois agents. La recherche des seuls rota­virus, coronavirus, cryptosporidies et colibacilles de type F5 apparaît incomplète car des souches d’Escherichia coli autres que F5 sont détectées dans plus d’un tiers des prélèvements lorsqu’un typage des colibacilles est réalisé.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...