Le point Vétérinaire n° 273 du 01/03/2007
 

FLUIDOTHÉRAPIE ET THÉRAPEUTIQUE INTRAVEINEUSE CHEZ LES BOVINS

Pratiquer

EN IMAGES

Anne-Marie Bélanger*, Sébastien Buczinski**, Mauricio Badillo***


*Clinique ambulatoire bovine, Faculté de médecine vétérinaire, CP 5000, St-Hyacinthe, Québec, J2S 7C6 Canada

La technique de pose d’un cathéter doit être rigoureuse, surtout lorsqu’il est laissé en place plusieurs jours.

La mise en place d’un cathéter intraveineux peut être indispensable lorsqu’un traitement réitéré ou de longue durée est envisagé. L’utilité de ce dispositif intraveineux est bien connue pour la réhydratation rapide ou prolongée lors de mammite toxique, de diarrhée ou pour l’administration de solutés à base de dextrose lors de stéatose, de diarrhées ou de mammites endotoxiniques. La pose d’un cathéter facilite aussi le maintien d’une anesthésie pour des interventions de moyenne durée en exploitation. Elle mérite aussi d’être envisagée pour l’administration d’antibiotiques homologués pour le traitement intraveineux sur plusieurs jours.

Le geste est simple, mais, pour un succès optimal à la ferme, les moyens de fixation doivent être adaptés, et il convient de veiller à maintenir la voie veineuse et de prévenir les phlébites.

• L’incidence des phlébites associées au maintien d’un cathéter intraveineux peut être diminuée en respectant des règles d’hygiène simple. En dehors des situations d’urgence, le site de pose du cathéter doit être rasé et désinfecté chirurgicalement. L’opération est effectuée dans des conditions maximales de stérilité. L’expérience du vétérinaire qui met en place le cathéter (en limitant les traumatismes de l’endothélium), ainsi que les conditions d’asepsie sont des facteurs primordiaux influençant l’apparition d’une phlébite [2, 3]. La durée maximale de maintien en place du cathéter doit être respectée. Un cathéter intraveineux standard, en téflon, doit être changé tous les cinq jours. Un cathéter dit de “long terme”, c’est-à-dire en matériau inerte de type polyuréthane (utilisé en médecine humaine), peut être laissé en place jusqu’à un mois, à condition de respecter les conditions d’asepsie lors de la pose. L’éleveur doit être sensibilisé à la détection des phlébites, afin d’en aviser immédiatement le vétérinaire.

• Le cathéter tient bien en place s’il est fixé correctement et si les situations à risque sont évitées. La suture du cathéter à la peau est indispensable : au moins deux points à l’entrée du cathéter et un autre au niveau de la rallonge. Chez des animaux à l’attache, un licol vient remplacer le collier simple, et aucun congénère ne doit être attaché du côté du cathéter. En stabulation libre, l’accès au cornadis est interdit. Si le cathéter est relié à une fluidothérapie, l’animal doit être attaché.

Pour éviter qu’un caillot de sang ne se forme dans le cathéter, une solution faiblement héparinée (10 000 UI/ 100 ml) est injectée au minimum deux fois par jour dans le cathéter, ainsi qu’avant et après l’injection d’un produit.

Dans le cadre de la clinique ambulatoire bovine de la faculté de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe (Canada), unefiche de conseils illustrée est donnée à l’éleveur lorsqu’un cathéter est mis en place chez l’un de ses animaux (voir l’ENCADRÉ “Recommandations aux éleveurs pour le maintien d’un cathéterintraveineuxà demeure”).

Cet article présente un exemple de pose de cathéter dans la veine jugulaire, site d’implantation optimal dans l’espèce bovine, même si d’autres localisations existent (oreille notamment [1]).

Recommandations aux éleveurs pour le maintien d’un cathéter intraveineux à demeure

Pour arrêter les fluides lors de fluidothérapie (hydratation) :

- faire coulisser le clip vert sur la tubulure (PHOTO 5) vers le cathéter qui est dans la veine (le plus près possible) et le mettre en position fermée ;

- fermer complètement la valve qui contrôle la vitesse du soluté ;

- débrancher la tubulure de l’extension et insérer à la place le bouchon pour injections PRN® ;

- remettre le clip vert en position ouverte, rincer l’extension avec 10 ml de sérum physiologique anticoagulant fourni, refermer le clip vert. Répéter impérativement cette procédure de rinçage toutes les huit heures pour éviter que le cathéter ne se bouche.

Pour démarrer l’administration d’une nouvelle poche ou d’un nouveau flacon de réhydratant :

- préparer la poche de solutés comme indiqué par le vétérinaire avec de l’eau tiède propre (réchauffer les solutions commerciales prêtes à l’emploi) ;

- insérer l’extrémité de la tubulure dans la nouvelle poche, ouvrir la valve du sac, remplir la tubulure ;

- enlever le bouchon pour injections (PRN®) de l’extension ;

- brancher la tubulure à l’extension, mettre le clip vert proche du cathéter en position ouverte et ouvrir la valve de la tubulure ;

- régler la vitesse de perfusion à …… gouttes par seconde. La poche devrait être vide à …… heures.

Contenu de la 1re poche : ……

Contenu de la 2e poche : ……

Contenu de la 3e poche : ……

Pour administrer un médicament par voie intraveineuse :

- mettre le clip vert de l’extension en position ouverte ;

- administrer lentement le médicament ;

- rincer le cathéter avec 10 ml de la solution saline anticoagulante et remettre le clip vert en position fermée ;

- rincer le cathéter toutes les huit heures avec le sérum physiologique anticoagulant.

Des photos accompagnent cette liste de recommandations et sont disponibles sur planete-vet.com.

En savoir plus

Ravary B. Cathétérisme intraveineux. Application de la mise en place d'une fluidothérapie chez les ruminants. Point Vét. 2000 ; 31(Chirurgie des bovins et des petits ruminants I) : 657-661.

  • 1 - Guatteo R, Assié S, Cesbron N. Cathétérisme de la veine auriculaire chez les bovins. Point Vét. 2004 ; 35(251): 54-55.
  • 2 - Pusterla N, Braun U. Prophylaxis of intravenous catheter-related thrombophlebitis in cattle. Vet Rec. 1996 ; 139(12): 287-289.
  • 3 - Rouleau G, Babkine M, Dubreuil P. Factors influencing the develop­ment of jugular thrombophlebitis in cattle and comparison of 2 types of catheter. Can. Vet. J. 2003 ; 44(5) : 399-404.

1 Matériel nécessaire Cathéter de grosseur et de longueur adaptées à l’animal (voir le TABLEAU «Exemples de grosseurs et de longueurs de cathéters adaptées à différents types de bovins»), rallonge, ruban adhésif, fil non résorbable (Supramid®) décimale 2, aiguille 18 G de 4 cm (18 G 1 1/2), seringue et solution de NaCl isotonique héparinée, à raison de 10 000 UI/100 ml.Un bouchon permettant les injections (exemple : modèle PRN®) peut aussi être utilisé si une fluidothérapie n’est pas immédiatement reliée au cathéter.Avant la pose, la tubulure et le stylet du cathéter sont rincés avec la solution héparinée contenue dans la seringue.

2 Contention L’animal est maintenu à l’aide d’un licol, la tête en extension (pour un veau) ou rabattue sur le cornadis avec un angle de 45 à 90 degrés par rapport à la colonne vertébrale.

3 Rasage, désinfection La peau est savonnée avec de la povidone iodée pendant trois à cinq minutes, puis elle est rincée trois fois de suite en alternant alcool et solution iodée.

4 Mise en place Après avoir comprimé distalement la veine et l’avoir laissée se distendre quelques secondes, le cathéter rempli de solution héparinée est introduit perpendiculairement jusqu’à ce que le sang remonte dans la chambre vitrée.Le cathéter est réo­rienté parallèlement à la veine, puis la partie qui est laissée à demeure est glissée sur le mandrin maintenu en place. Aucune résistance à sa descente ne doit se faire sentir et les doigts de l’opérateur ne doivent jamais être en contact avec la portion du cathéter qui entre dans la veine.

5 Pose de la rallonge La rallonge est posée. L’opérateur vérifie que le cathéter est fonctionnel. Puis il réunit le bout externe du cathéter et le début de la rallonge avec un morceau de sparadrap, dont l’extrémité forme une ailette qui sera suturée à à la peau.

6 Fixation Environ 10 cm de fil irrésorbable Supramid 2® sont enfilés dans le chas d’une aiguille 18 G. Le cathéter est suturé en passant successivement l’aiguille dans la peau d’un côté du cathéter, puis dans l’ailette de ruban adhésif et dans la peau de l’autre côté. Les chefs du fil qui dépassent de chaque côté sont noués au-dessus du cathéter. La procédure est répétée à chaque extrémité du ruban adhésif.

6 Fixation Environ 10 cm de fil irrésorbable Supramid 2® sont enfilés dans le chas d’une aiguille 18 G. Le cathéter est suturé en passant successivement l’aiguille dans la peau d’un côté du cathéter, puis dans l’ailette de ruban adhésif et dans la peau de l’autre côté. Les chefs du fil qui dépassent de chaque côté sont noués au-dessus du cathéter. La procédure est répétée à chaque extrémité du ruban adhésif.

6 Fixation Environ 10 cm de fil irrésorbable Supramid 2® sont enfilés dans le chas d’une aiguille 18 G. Le cathéter est suturé en passant successivement l’aiguille dans la peau d’un côté du cathéter, puis dans l’ailette de ruban adhésif et dans la peau de l’autre côté. Les chefs du fil qui dépassent de chaque côté sont noués au-dessus du cathéter. La procédure est répétée à chaque extrémité du ruban adhésif.

7 Stabilisation La rallonge est enroulée sur elle-même et stabilisée avec du ruban adhésif qui est fixé à la peau comme le cathéter. Aucun pli ne doit se former dans la rallonge. De l’Élastoplaste® peut être appliqué autour du cou de l’animal pour éviter que la tubulure ne se coince, mais cela est facultatif selon notre expérience si quelques précautions sont prises (pas d’animal voisin d’attache/pas de cornadis).

Exemples de grosseurs et de longueurs de cathéter adaptées à différents types de bovins