Le point Vétérinaire n° 273 du 01/03/2007
 

ENVENIMATIONS CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT

Se former

COURS

Christelle Decosne-Junot

Unité Siamu
École nationale vétérinaire
de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-l’Étoile

En raison d’une thérapeutique spécifique non accessible en médecine vétérinaire ou inexistante, le traitement des envenimations par les ophidiens ou les batraciens est symptomatique.

Résumé

Les ophidiens responsables d’envenimation chez le chien et le chat en France métropolitaine sont presque exclusivement des serpents autochtones, même si la population de serpents exotiques, considérés comme des nouveaux animaux de compagnie, augmente. Les symptômes varient en fonction de l’espèce impliquée et de la quantité de venin injecté. Le traitement est local et symptomatique lors de troubles généraux, car la thérapeutique spécifique est inabordable en médecine vétérinaire.

Les batraciens sont des animaux venimeux passifs : le chien doit comprimer les glandes à venin pour s’envenimer. Les symptômes sont majoritairement locaux, mais des troubles généraux plus ou moins graves peuvent résulter de l’ingestion d’une quantité importante de venin, voire du batracien.

En France métropolitaine, les envenimations ophidiennes sont essentiellement dues à des vipères et exceptionnellement à des couleuvres. Néanmoins, avec l’attrait sans cesse croissant pour les animaux exotiques, un carnivore peut se faire mordre ou piquer par un serpent exotique de type nouvel animal de compagnie (NAC) [6, 7]. La plupart des amphibiens sont venimeux car leurs glandes cutanées sécrètent des substances toxiques. En France métropolitaine, les envenimations par les amphibiens chez les carnivores sont essentiellement dues aux crapauds et, dans une ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous