Le point Vétérinaire n° 272 du 01/01/2007
 

Prévention du risque infectieux en élevage bovin

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Pascale Aubry

Faculté de médecine vétérinaire
Université de Montréal
CP 5000
Saint-Hyacinthe, Québec
J2S7C6 Canada

Associée à une bonne gestion du colostrum, la pasteurisation de faibles volumes de ce dernier à 60 °C pendant 30 à 60 minutes réduit le risque infectieux chez les génisses de remplacement.

Résumé

Le colostrum peut être paradoxalement une source de transmission importante d’agents pathogènes aux veaux. La pasteurisation est efficace pour détruire la majorité de ces agents, mais dans le cas du colostrum, il convient de tenir compte de deux limitations majeures : la destruction des immunoglobulines et l’augmentation de la viscosité. Plusieurs études récentes ont permis de préciser les conditions optimales (température, durée, volume) pour la pasteurisation du colostrum. Il reste à transposer ces résultats en conditions de terrain, notamment pour l’étude de la transmission de la paratuberculose. Des données sur l’effet de la pasteurisation du colostrum sur les performances zootechniques et la santé des animaux, ainsi que son impact économique manquent aussi.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...