Le point Vétérinaire n° 271 du 01/12/2006
 

BIOLOGIE CLINIQUE INDIVIDUELLE ET COLLECTIVE EN ÉLEVAGE LAITIER

Pratiquer

CAS CLINIQUE

Pascal Lebreton*, Nicolas Athanassiadis**, Didier Guérin***, Pierre-Emmanuel Radigue****, Catherine Gamier*****


*NBVC, 12, chemin des Joncs,
69570 Dardilly
**18, place de la République,
23210 Bénévent-l'Abbaye
***GDS, 40, avenue Gambetta,
23000 Guéret
****Rue Sébastien-Keller,
54300 Lunéville
*****NBVC, 12, chemin des Joncs,
69570 Dardilly

Trois vaches persistent à ne pas se relever après un traitement pour fièvre vitulaire. Des analyses biochimiques individuelles et un bilan urinaire de troupeau révèlent quelques anomalies.

Résumé

Dans un élevage de 100 vaches laitières hautes productrices, trois animaux sont présentés à quelques jours d’intervalle en décubitus, après la suppression de l’ensilage d’herbe de la ration. Après l’échec d’une thérapeutique centrée sur l’hypocalcémie, des analyses individuelles, sanguines et urinaires sont réalisées. Elles incriminent principalement des hypokaliémies. Un traitement individuel à base de sels acidifiants, de potassium, de calcium, de phosphore, d’iode et d’antioxydants vise à corriger les troubles minéraux. Un traitement collectif de bicarbonate de potassium est également mis en place. L’évaluation de la kaliémie, du pH urinaire, de la bactériurie et de la glycémie devrait être pratiquée lors de syndrome “vaches couchées” en lactation.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...