Le point Vétérinaire n° 271 du 01/12/2006
 

OPHTALMOLOGIE DU CHIEN

Pratiquer

SUR ORDONNANCE

Jean-Claude Desfontis

Unité de pharmacologie et toxicologie de ENVN, Atlanpôle, La Chantrerie, 44307 Nantes Cedex 03

Lors d’ulcère cornéen, une antibiothérapie par voie générale doit compléter le traitement local anti-infectieux, cicatrisant et analgésique.

Un caniche de 12 kg est présenté à la consultation pour un œil fermé. Après un examen approfondi, le diagnostic clinique d’ulcère cornéen d’origine traumatique est établi. Compte tenu de l’extension limitée de l’atteinte cornéenne, un traitement médical est mis en place afin de cicatriser la cornée, de prévenir l’infection et de lutter contre la douleur.

Tolfédine® 20 mg : Action analgésique et anti-inflammatoire

Tolfédine® 20 mg contient 20 mg d’acide tolfénamique par comprimé. L’acide tolfénamique est un anti-inflammatoire non stéroïdien de la famille des fénamates. Il possède des propriétés anti-inflammatoires, analgésiques et antipyrétiques. Dans le cas présent, il est prescrit afin de lutter contre l’inflammation locale et la douleur engendrée par l’érosion cornéenne. Une administration pendant trois jours est suffisante pour soulager l’animal en début de traitement. Une autre stratégie pour lutter contre la douleur oculaire – mais un peu moins efficace – consiste à prescrire un médicament cycloplégique par voie locale comme l’atropine (VT doses atropine 1 %). De nombreux autres anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent être employés : le tépoxalin (Zubrin®), le kétoprofène (Ketofen®), l’ibuprofène (Algosedal® ou Dolocanil®), le védaprofène (Quadrisol®), le carprofène (Rimadyl®), le nimésulide (Sulidène®) ou le méloxicam (Metacam®).

Tévémyxine® Collyre : Action antibiotique locale

Tévémyxine® Collyre contient un mélange de sulfate de néomycine (3 400 UI/g) et de sulfate de polymyxine B (10 000 UI/g). La néomycine appartient à la famille des aminocyclitols qui possède une puissante activité bactéricide, avec un spectre d’action incluant principalement des bactéries à Gram - et les staphylocoques. La polymyxine B est un antibiotique polypeptidique dont l’activité bactéricide est limitée aux bactéries à Gram -. Cette association permet d’élargir le spectre d’activité à l’ensemble des bactéries à Gram - et d’améliorer l’efficacité antibactérienne par une synergie sur les germes sensibles aux deux antibiotiques. L’excipient à base de dextran, permet de réaliser le mélange sans perdre les effets bénéfiques. Ce mélange présente pour principal avantage d’appliquer en une seule administration le cicatrisant et les antibiotiques. L’application oculaire est parfois difficile chez un animal présentant une douleur oculaire intense. Par ailleurs, l’application consécutive de deux collyres produit un lavage de l’œil à l’origine d’une élimination plus rapide et d’une dilution du premier collyre.

La faible diffusion à travers la cornée des aminocyclitols et de la polymyxine B limite leurs indications thérapeutiques aux seules infections oculaires superficielles. Lors d’atteintes plus profondes, le chloramphénicol, les tétracyclines, les fluoroquinolones, l’acide fusidique ou les sulfamides, qui ont une meilleure diffusion, sont à priviligier.

Amoxival® 200 : Antibiotique à diffusion oculaire limitée !

Amoxival® 200 contient 200mg d’amoxicilline par comprimé. L’amoxicilline est un antibiotique de la famille des b-lactamines, doué de propriétés bactéricides avec un largespectre d’activité. Cette molécule présente une diffusion limitée dans l’œil où elle peut cependant atteindre des concentrations thérapeutiques efficaces. Toutefois, en cas d’infection oculaire, il lui est préféré des spécialités à base de fluoroquinolones (marbofloxacine, Marbocyl® ; enrofloxacine, Baytryl®) qui possèdent une meilleure diffusion oculaire par voie générale et un large spectre d’activité avec peu de résistance. En effet, les germes présents dans un foyer infectieux oculaire comme un ulcère risquent d’altérer très rapidement le stroma cornéen par la sécrétion de collagénases. Chez certaines races, telles que les brachycéphales, l’anatomie particulière des globes oculaires augmente les risques et justifie une antibiothérapie par voie générale d’action rapide.

N.A.C.® Collyre : Cicatrisant de la cornée

N.A.C. Collyre contient 2,5 % de N-acétylcystéine et 0,05 % de tétracémate disodique (EDTA). Il possède une forte activité inhibitrice des collagénases qui enraye la destruction du stroma cornéen par les collagénases sécrétées par certains germes. L’excipient à base de dextran assure un contact prolongé des principes actifs avec la cornée malade et une bonne diffusion. Le temps d’action prolongé de ce type de collyre réduit le nombre quotidien des instillations à trois ou quatre.