Le point Vétérinaire n° 270 du 01/11/2006
 

PARASITOLOGIE CANINE

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Blaise Hubert

Clinique vétérinaire
38, avenue du Maréchal-Foch
34500 Béziers

Les manifestations cliniques de la leishmaniose canine sont variées et les examens complémentaires sont obligatoires. L’immunofluorescence indirecte et la PCR (polymerase chain reaction) sont les méthodes de choix.

Résumé

La variété clinique de la leishmaniose rend le recours aux examens complémentaires obligatoire. L’observation directe du parasite s’effectue à partir d’une ponction de moelle osseuse, d’un nœud lymphatique, d’un nodule, d’un raclage conjonctival ou d’un calque de lymphe dermique. Des bilans hématologique, biochimique et urinaire permettent de rechercher des lésions hépatiques ou réna­les. L’immunofluorescence indirecte est la méthode de référence : les anticorps leishmaniens sont recherchés dans le sérum, le liquide céphalorachidien ou l’humeur aqueuse. L’agglutination est une méthode simple, intéressante chez les chiens primo-infectés. La polymerase chain reaction, technique la plus sensible, peut être réalisée sur un prélèvement de moelle osseuse, de nœud lymphatique, de peau ou de sang. L’examen histologique est parfois l’ultime moyen de visualiser la présence du parasite.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...