Le point Vétérinaire n° 269 du 01/10/2006
 

REPRODUCTION DES BOVINS

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Philippe Arzul

NBVC
12, chemin des Joncs
69570 Dardilly

D’après les résultats d’une station d’évaluation et d’une ferme expérimentale, le vêlage à deux ans en race allaitante peu utilisé en France, semble plus économique. Il ne provoque pas plus de dystocies que le vêlage à trois ans.

Résumé

Très utilisé chez les Anglo-Saxons, le vêlage à deux ans est peu pratiqué en France. Pourtant, les résultats d’une station d’évaluation et d’une ferme expérimentale en race charolaise semblent démontrer l’intérêt de cette conduite d’élevage. De nombreux éleveurs craignent des baisses de fertilité et des difficultés supplémentaires au vêlage, mais ces complications peuvent être évitées si certaines règles sont respectées : suivi de croissance des animaux, alimentation adéquate, sélection des taureaux, choix des animaux, etc. Si toutes ces mesures sont appliquées, l’éleveur peut espérer un bénéfice allant jusqu’à 80 € par unité gros bovin (UGB) présente sur l’exploitation.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...