Le point Vétérinaire n° 268 du 01/09/2006
 

LOGICIELS DE SUIVI D’ÉLEVAGE

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Isabelle Coupey

SNGTV, 5 rue Moufle
75011 Paris

Depuis janvier 2005, la SNGTV propose aux vétérinaires praticiens l’outil informatique Vet’élevage de gestion du registre d’élevage en production bovine : une opportunité pour développer le conseil en clientèle rurale.

Résumé

Mis à la disposition des vétérinaires praticiens par la SNGTV, Vet’élevage est un outil informatique accessible à tous, dont le premier rôle est de fournir aux vétérinaires et aux éleveurs un registre sanitaire d’élevage numérisé parfaitement conforme à la réglementation. Fonctionnant sur le principe de la mise en commun des données au sein d’un serveur, il permet la valorisation des informations dans le cadre de la pratique quotidienne (plannings, vaches à examiner, traitements en cours) et la surveillance des maladies en temps réel. Il peut aussi servir de support à la mise en place de suivis plus élaborés grâce auxquels le vétérinaire peut proposer à ses clients un service d’expertise pour répondre à des problématiques sanitaires identifiées.

Le premier atout du logiciel Vet’élevage est de permettre le respect de la réglementation. Il aide surtout les utilisateurs éleveurs et vétérinaires à exploiter les données collectées pour un suivi rapproché du troupeau et une analyse des troubles sanitaires. Ce logiciel est accompagné de modules optionnels d’expertise spécifiquement vétérinaires et des passerelles d’échanges de données qui se construisent avec différents systèmes d’information du monde agricole.

Sur quel principe fonctionne Vet’élevage ?

Le dispositif Vet’élevage est fondé sur la présence d’un serveur sécurisé détenu par la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV) et mis à la disposition des structures vétérinaires qui peuvent y ouvrir un compte. Chaque vétérinaire inscrit peut télécharger le logiciel Vet’élevage et inscrire les éleveurs de bovins de son choix (voir l’ENCADRÉ “Vet’élevage et les autres productions”).

Ces éleveurs téléchargent à leur tour Vet’élevage pour saisir les données d’élevage et communiquer avec le praticien via le serveur qui stocke toutes les données sanitaires (voir l’ENCADRÉ “La confidentialité assurée”). L’outil permet à la fois la saisie, l’utilisation locale de l’information et l’accès commun aux données d’élevage entre éleveur et vétérinaire. Ce système, particulièrement simple, est adapté à la contrainte réglementaire qui nécessite leur intervention dans la tenue du registre d’élevage. Il présente d’autres possibilités d’évolution et de souplesse : mises à jour du logiciel en ligne, réactualisation du référentiel des médicaments, communication entre vétérinaires ou entre éleveurs équipés (forum d’échanges interutilisateurs), communication entre un vétérinaire et les éleveurs de sa clientèle. Son dernier atout est la sauvegarde sécurisée de toutes les données saisies par l’éleveur et le vétérinaire, ainsi que le stockage pendant cinq ans des documents réglementaires établis sous une forme non modifiable : les ordonnances et l’édition du registre sanitaire (voir la FIGURE “Le principe du dispositif Vet’élevage”).

Comment installer le logiciel ?

Vet’élevage est proposé sous la forme d’un abonnement annuel, souscrit en ligne par le vétérinaire auprès de la SNGTV sur le site www.vetelevage.fr. Dès l’inscription remplie, un code d’accès est communiqué par mail et le praticien télécharge Vet’élevage en se connectant de nouveau au site. Le compte étant sécurisé, l’authentification du praticien par ses identifiants ordinaux est obligatoire lors de l’installation. Le vétérinaire inscrit alors les éleveurs volontaires de son choix sur le serveur. S’ils le souhaitent, ceux-ci peuvent télécharger Vet’élevage à leur tour afin de saisir leurs données d’élevage : événements sanitaires, production laitière, reproduction. Vet’élevage fonctionne sur système PC (à partir de Windows 98) et se décline pour ordinateur de poche (pocket PC : PDA), le logiciel est compris dans l’abonnement. Une connexion Internet est nécessaire, si possible en haut débit, pour échanger les données régulièrement avec le serveur. Elle n’est en revanche pas indispensable pour la saisie ou pour l’accès aux principales fonctionnalités. Un poste de saisie (ordinateur portable ou PDA) et une imprimante permettent aux vétérinaires d’imprimer immédiatement sur papier les ordonnances. Seule la signature manuscrite est actuellement reconnue pour les documents, mais Vet’élevage est déjà prêt à fonctionner avec la signature électronique lorsque celle-ci sera reconnue par l’Administration. Des modèles d’imprimantes munis de batterie, plus performants, moins gourmands en consommables et suffisamment robustes pour la pratique rurale sont disponibles sur le marché.

À qui s’adresse-t-il ?

Vet’élevage est avant tout un outil destiné aux vétérinaires traitants. Différents degrés d’utilisation sont possibles : les tâches réglementaires (rédaction d’ordonnances, tenue du registre) qui peuvent se limiter aux interventions vétérinaires, mais aussi le suivi global du troupeau, qui peut être complété par la saisie de l’éleveur des événements et des traitements. Il est intéressant d’observer la survenue et l’évolution des maladies en considérant Vet’élevage comme le “baromètre” sanitaire du troupeau. Enfin, l’analyse globale et l’expertise complètent le suivi si les données de performances sont collectées : le vétérinaire peut approfondir les questions sanitaires, dans des modules attenants à Vet’élevage, pour apporter un conseil personnalisé et plus performant, en croisant les relevés de fréquences des maladies avec les résultats de production et les performances de reproduction.

Devant la hausse croissante des contraintes sanitaires, les éleveurs trouvent en Vet’élevage un outil de surveillance de leur troupeau au quotidien, que ce soit en élevage laitier ou allaitant. Le logiciel permet la tenue de leur registre et leur fournit également des éditions d’historiques et de plannings. De plus, leurs données d’élevage sont stockées sur le serveur et les documents réglementaires peuvent être réédités à la demande. Les éleveurs ont ainsi une garantie d’accès à toutes leurs informations en cas de contrôle. Autre particularité du système : la mise en commun des informations évite à l’éleveur de saisir les interventions réalisées par le vétérinaire dans son élevage. Il dispose de la prescription dès que le vétérinaire a exporté les ordonnances vers le serveur et son registre est automatiquement mis à jour.

Comment collecter les informations sanitaires ?

Fondée sur la réglementation, la saisie Vet’élevage est complète et simple. Dans chaque dossier éleveur du logiciel, le vétérinaire saisit les éléments de l’ordonnance : il identifie l’animal (ou le groupe d’animaux à traiter), définit la ou les maladies qui motivent le traitement, choisit le ou les médicaments de la prescription. Il suffit ensuite de valider ces opérations et d’imprimer l’ordonnance. À chaque étape, l’utilisateur dispose de menus déroulants d’accès rapide : bovins à sélectionner dans un inventaire, glossaire de cent cinquante événements classés par appareil, liste de médicaments présélectionnés. Les dates de remise en vente des produits sont calculées automatiquement d’après les délais d’attente. Il est possible de paramétrer des ordonnances type (protocoles de soins), en définissant précisément le cadre de la prescription. Lors de la rédaction au cours de la visite, il ne reste qu’à identifier l’animal et à rappeler le protocole de soins souhaité, en l’adaptant si besoin (voir la FIGURE “Les quatres étapes de saisie de l’ordonnance dans Vet’élevage”).

Après l’enregistrement et l’impression de l’ordonnance, le vétérinaire connecte son ordinateur au serveur via Internet et exporte les nouvelles informations saisies en visite. Immédiatement, l’éleveur dispose de l’information dans son registre numérisé et de l’ordonnance au format pdf.

Comme dans le registre, les données de production laitière (taux protéique, taux butyreux, production, leucocytes, urée) et de reproduction (insémination artificielle, vêlages, diagnostic de gestation, tarissement, etc.) peuvent être saisies dans la version éleveur ou vétérinaire de Vet’élevage.

Pour que la saisie du vétérinaire soit optimale, l’inventaire des bovins est de préférence stocké au préalable sur le serveur et importé dans le logiciel vétérinaire. Désormais, il est possible d’importer l’inventaire des bovins à partir d’extractions fournies par des logiciels éleveurs ou directement par les fichiers des EDE (établissements départementaux de l’élevage). Une passerelle plus complète est disponible avec l’un de ces outils (gamme Isagri) avec une mise à jour dynamique de l’inventaire, au fur et à mesure des notifications.

Quelles fonctionnalités propose Vet’élevage ?

L’accès à l’historique des événements sanitaires du troupeau est possible sous des formes diverses dans Vet’élevage : historique individuel, registre conjugué éleveur-vétérinaire, traitements en cours, listes des interventions et des animaux demeurant sous délais d’attente (voir la FIGURE “Historique individuel complet : traitements, reproduction, production laitière”).

Il est possible de planifier des interventions et de publier des plannings de traitements, de surveillance des vêlages, de tarissements. Dans le cadre d’un suivi de reproduction, le vétérinaire peut éditer la liste des vaches à examiner selon le ou les motifs qu’il souhaite : gestation, anœstrus, mammites récentes ou nouvelles, etc. Le bilan de fécondité du troupeau est aussi intégré à Vet’élevage.

Le vétérinaire peut facilement visualiser en graphique les maladies survenues sur une période précise, ainsi que l’ensemble des médicaments employés par l’éleveur pendant ce laps de temps (voir la FIGURE “Synthèse des affections de Vet’élevage vétérinaire”). Par conséquent, la surveillance à distance de l’élevage permet au praticien d’être plus réactif vis-à-vis des éventuels “dérapages” sanitaires observés et de développer une relation rapprochée et continue avec l’éleveur.

Des bilans simples sont disponibles sur le serveur et fournissent un aperçu de l’évolution des maladies mois par mois. En complément, l’éleveur comme le vétérinaire peuvent interroger la base pour obtenir un bilan comparatif à d’autres élevages ou ateliers de même profil (voir la FIGURE “Bilan comparatif par rapport à un groupe d’ateliers”).

Prochainement, il sera possible de visualiser géographiquement la répartition des maladies.

Quel investissement représente Vet’élevage ?

Pour accéder au logiciel, le vétérinaire doit souscrire un abonnement annuel de 13 AMO(2) (26 AMO pour un non-adhérent SNGTV) auprès de la SNGTV, avec un essai de deux mois gratuits. L’abonnement lui permet de télécharger le logiciel sur le site Internet www.vetelevage.fr et de créer autant de comptes éleveurs qu’il le souhaite sur le serveur Vet’élevage. La version pocket du logiciel et la mise à jour sont comprises dans l’abonnement. Pour l’éleveur, l’accès au dispositif Vet’élevage est gratuit.

La connexion Internet n’est pas indispensable de façon permanente pour la saisie des informations et l’accès aux principales fonctionnalités. Pour une utilisation sur PDA, Vet’élevage fonctionne sur pocket PC, avec de préférence une capacité de 64 Mo de mémoire et une fréquence de 400 MHz. Il est conseillé de disposer d’une carte de stockage pour la sauvegarde des données, ainsi que de la technologie Bluetooth® pour l’impression des ordonnances.

En solution embarquée, il est nécessaire que le praticien dispose d’une imprimante pour éditer les ordonnances en visite. Des modèles fiables, qui fonctionnent sur batterie et qui disposent du Bluetooth®, sont désormais disponibles sur le marché.

Comment aller plus loin avec Vet’élevage ?

L’objectif de Vet’élevage est de collecter des informations sanitaires et zootechniques afin de permettre au vétérinaire de les réutiliser dans des outils d’expertise. Actuellement, la SNGTV propose d’adjoindre au logiciel deux modules optionnels : Véto’expert Performances et Véto’expert Sanitaire.

Ces outils reprennent les informations de Vet’élevage et les analysent en recoupant les données de pathologie par rapport à la reproduction et aux performances laitières.

Dans un premier temps, des alertes par rapport à des indicateurs connus orientent le praticien vers les troubles émergents (voir la FIGURE “Systèmes d’alerte de Veto’expert”).

Dans un second temps, un système de requête multicritères permet de mieux cerner l’origine des affections grâce à la comparaison de sous-populations de vaches dans le troupeau : multipares/primipares, hautes productrices/faibles productrices, mois de lactations, etc. Le praticien est orienté dans son suivi-conseil et peut affiner ses propositions de solutions les plus adaptées. À titre d’exemple, des courbes en nuages de points présentent le rapport des taux de matière utile par catégorie de vaches et rapporté à des seuils.

Selon les paramètres étudiés, le logiciel fournit des pistes d’investigation de troubles alimentaires, de conduite de la reproduction, d’épidémiologie des mammites, etc. (voir la FIGURE “Étude des rapports de taux de matière utile”).

Ces modules destinés à l’élevage laitier vont être prochainement complétés par le module d’analyse technico-économique Vet’estel et par un module spécifique à l’élevage allaitant. Ces outils devraient aider les praticiens à la mise en place, dans leur clientèle, de nouveaux services de suivi des élevages, plus élaborés et plus innovants.

Quels sont les liens entre Vet’élevage et d’autres systèmes d’information ?

La saisie des informations est généralement vécue par les utilisateurs comme un frein majeur dans l’emploi de l’outil informatique et le bénéfice potentiel n’est souvent pas immédiatement perçu. Afin d’alléger cette contrainte, Vet’élevage a pour principe essentiel que chaque donnée ne soit enregistrée qu’une fois. La mise en place de passerelles d’échanges avec d’autres outils déjà existants chez les éleveurs et les vétérinaires a débuté : lien avec les logiciels de facturation en cabinet, avec les systèmes d’informations éleveurs gérant l’identification. Ainsi, Vet’élevage devrait s’harmoniser avec les outils déjà en place et non se substituer à eux. Actuellement, Vet’élevage est compatible avec l’outil vétérinaire Vetocom, et prochainement avec Vétowin, Assistovet, Bourgelat et Epivet. Côté éleveur, une passerelle est déjà effective avec Isalait, Isaviande et bientôt avec Oribase, Bovitel ou encore Estélevage.

  • (1) Commission nationale de l’informatique et des libertés.

  • (2) Pour l’année 2006, 1 AMO = 12,39 euros.

Vet’élevage et les autres productions

Afin de répondre à la contrainte réglementaire, une version de Vet’élevage adaptée à l’élevage ovin et caprin sera bientôt élaborée. Elle va devoir subir des aménagements liés aux particularités de la conduite de troupeau de petits ruminants : traitements collectifs, contexte d’intervention du vétérinaire, conduite de la reproduction, etc.

La confidentialité assurée

Les données brutes stockées dans Vet’élevage demeurant la propriété de l’éleveur, la SNGTV contractualise individuellement avec chaque exploitation engagée, afin de respecter, non seulement la confidentialité des données sanitaires, mais aussi les règles édictées par la loi CNIL(1). Cet engagement mutuel n’oblige en rien l’éleveur à saisir l’intégralité de ses données dans Vet’élevage. Il lui laisse l’entière liberté d’autoriser le vétérinaire à accéder à son dossier numérisé et de se voir restituer ses données en cas d’abandon.

Points forts

Le serveur Vet’élevage permet l’accès instantané aux données d’élevage par le vétérinaire et la constitution du registre numérisé avec une saisie unique des informations.

La conformité à la réglementation sur le registre et la traçabilité des traitements sont assurées.

Le logiciel a une certaine souplesse d’emploi et l’échange de données est facilité entre l’éleveur et le vétérinaire (mises à jour, sauvegarde, connection au serveur non obligatoire en permanence).

Vet’élevage est compatible avec d’autres systèmes informatiques agricoles.

L’investissement financier est faible pour les utilisateurs et la liberté d’emploi est appréciable.

Le principe du dispositif Vet’élevage

Les quatre étapes de saisie de l’ordonnance dans Vet’élevage

Historique individuel complet : traitements, reproduction, production laitière

Synthèse des affections de Vet’élevage vétérinaire

Bilan comparatif par rapport à un groupe d’ateliers

Système d’alertes de Veto’expert

Étude des rapports de taux de matière utile