Le point Vétérinaire n° 268 du 01/09/2006
 

CHIMIOTHÉRAPIE ANTICANCÉREUSE DU CHIEN ET DU CHAT

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Jérôme Benoît

16, quai Fernand Saguet
94700 Maisons-Alfort

En 2006, la classification de nombreux médicaments en réserve hospitalière, notamment l’Adriblastine®, entraîne une difficulté d’approvisionnement en médicaments anticancéreux et remet en cause la chimiothérapie.

Résumé

La cancérologie vétérinaire connaît des obstacles réglementaires depuis le début de l’année 2006, avec la disparition de la doxorubicine des officines de ville. Malgré la “cascade” de prescription dont les vétérinaires bénéficient, les praticiens qui souhaiteraient proposer ou simplement poursuivre de tels traitements n’en ont pas les possibilités légales. En outre, les risques liés à la manipulation des médicaments anticancéreux semblent être montrés du doigt par les pouvoirs publics. La publication récente par l’Afssa-ANMV de recommandations à l’usage des vétérinaires semble paradoxale et engage les laboratoires qui le souhaiteraient à développer, à l’avenir, une ou des spécialités vétérinaires dont les résumés des caractéritiques du produit répondraient à ces exigences.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...