Le point Vétérinaire n° 267 du 01/07/2006
 

PETITS CAMÉLIDÉS

Pratiquer

CAS CLINIQUE

Sébastien Buczinski*, Anne-Marie Bélanger**


*Département des sciences
cliniques, Faculté de médecine
vétérinaire
3200 rue Sicotte,
Saint-Hyacinthe, J2S 7C6,
Québec, Canada
**Département des sciences
cliniques, Faculté de médecine
vétérinaire
3200 rue Sicotte,
Saint-Hyacinthe, J2S 7C6,
Québec, Canada

Les signes cliniques de péritonite sont peu spécifiques. La valeur de l’animal permet des examens complémentaires sans recours à une laporotomie, risquée dans cette espèce et lors de péritonite localisée.

Résumé

Un alpaga reproducteur âgé de dix ans est référé pour une anorexie et une dysurie. Une umération formule sanguine et une ponction abdominale échoguidée permettent de diagnostiquer une péritonite chronique suppurée localisée caudalement. L’administration d’ampicilline sodique pendant trois semaines via un cathéter jugulaire placé à demeure permet une disparition des signes cliniques observés et le retour en production (saillies) de l’animal. Une rechute survient. Celle-ci est traitée à nouveau avec de l’ampicilline, sans séquelles échographiques après le traitement. Le recours à l’échographie-pontion a permis d’éviter une laparotomie en première intention, déconseillée lors de péritonite localisée et chez les petits camélidés. Trois éléments n’ont as facilité le traitement de ce cas : le liquide de ponction péritonéale stérile, l’absence de médicament avec autorisation de mise sur le marché (AMM) et le manque de données pharmacologiques dans cette espèce.

En France, deux mille alpagas et autant de lamas sont recensés par l’Association des lamas et alpagas, d’après le Fichier national des petits camélidés, conservé à la Bergerie nationale de Rambouillet. Il conviendrait d’y ajouter les animaux non enregistrés (chez les particuliers ou dans les élevages non officiels). Certains élevages, principalement en Bretagne et dans le Sud-Ouest, réalisent une sélection génétique poussée, et importent notamment des mâles du Pérou ou des États-Unis. Une femelle alpaga vaut au minimum 4 500 € en France, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous