Le point Vétérinaire n° 265 du 01/05/2006
 

DEMARTOLOGIE FÉLINE

Se former

COURS

Éric Florant

Clinique vétérinaire des Sablons,
112, rue Claude-Chappe,
78370 Plaisir

Chez le chat âgé, la présence d’une dermatose ne doit pas être sous-estimée car elle est souvent révélatrice de l’existence d’une maladie systémique sous-jacente qu’il convient de rechercher pour instaurer un traitement causal.

Résumé

Le chat âgé est prédisposé à un certain nombre de dermatoses liées à l’altération de mécanismes physiologiques. Celles-ci sont souvent le reflet de maladies internes dont le pronostic peut être grave. Un état kératoséborrhéique, même modéré, doit attirer l’attention du praticien car il peut être lié à de multiples affections, en particulier si elles sont douloureuses (maladies buccodentaires, arthrose, etc.), d’hyper­thyroïdie ou de troubles du comportement. Lors d’un état kératoséborrhéique plus marqué, une dermatite à Malassezia ou une folliculite lymphocytaire murale sont parfois mises en évidence. Des érosions ou des ulcérations font suspecter une dermatite exfoliative paranéoplasique ou un lymphome cutané. Des croûtes évoquent un pemphigus foliacé ou un carcinome épidermoïde. Les nodules sont souvent tumoraux : mastocytomes, épithéliomas basocellulaires, lymphomes. Les alopécies peuvent être liées à une hyperthyroïdie, à une alopécie paranéoplasique féline ou à un syndrome de Cushing.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...