Le point Vétérinaire n° 265 du 01/05/2006
 

PV

ENDOSCOPIE CHEZ LE CHIEN ET CHEZ LE CHAT

Pratiquer

IMAGERIE

Luc-André Fribourg-Blanc

Clinique vétérinaire,
5, place Cauchoise,
76000 Rouen
59, rue de la République
76520 Boos

Lors d’une épistaxis ou d’un jetage, une rhinoscopie précoce permet souvent d’instaurer un traitement avant l’extension de l’affection sous-jacente.

Résumé

Les symptômes des affections chroniques des cavités nasosinusales des chiens et des chats ne sont pas spécifiques des maladies causales. Il convient donc de recourir à des examens complémentaires. La rhinoscopie est un examen atraumatique, pratiqué sous anesthésie générale. Des endoscopes souples ou rigides permettent une exploration du nasopharynx et des différents méats des cavités nasales. Les lésions observées, fréquemment caractéristiques des affections causales, permettent, quand elles sont associées à un examen histopathologique, bactériologique ou mycologique, d’établir un diagnostic de certitude et d’instaurer un traitement adapté.

La rhinoscopie consiste à introduire un appareil d’imagerie dans les cavités nasales afin d’explorer les voies respiratoires hautes : cavités nasales, sinus frontaux et nasopharynx. Cet examen est avant tout un outil diagnostique efficace et atraumatique, parfois même curatif pour certaines affections. Les principaux symptômes qui incitent à pratiquer une rhinoscopie sont les jetages, séreux à mucopurulents, accompagnés ou non d’épistaxis. Ils sont souvent associés à des troubles respiratoires hauts (respiration buccale, ronflements, éternuements, reverse sneezing (ou reniflement inverse) : mouchage, etc.). ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous