Le point Vétérinaire n° 265 du 01/05/2006
 

ALIMENTATION ET ENDOCRINOLOGIE BOVINE

Se Former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Pascal Lebreton*, Catherine Garnier**, Pierre-Emmanuel Radigue***


*NBVC, 12, chemin des Joncs
69570 Dardilly
**NBVC, 12, chemin des Joncs
69570 Dardilly
***Clinique vétérinaire
de la Vézouze
54300 Lunéville

Le goitre n’est pas le seul signe clinique d’une carence en iode chez les ruminants. Des troubles du métabolisme et de la reproduction peuvent également être observés.

Résumé

L’iode est un oligo-élément essentiel pour l’organisme. Il est présent principalement dans les hormones thyroïdiennes qui interviennent dans le développement fœtal, l’immunité et la reproduction. L’iode est fourni par la ration sous forme d’iodures inorganiques, d’iode élémentaire et d’iodures organiques. Il est excrété via les urines, les fèces et le lait. Le goitre est le résultat d’une adaptation de la glande thyroïde à une carence en iode. Le manque d’iode est immunodépresseur et est responsable de troubles de la reproduction. L’intensité des troubles liés à une carence en iode varie selon l’espèce, l’âge et l’environnement. Un manque de sélénium aggrave les effets de la carence en iode. Certaines plantes et des éléments présents dans la ration limitent l’absorption de l’iode par l’organisme et ont un effet goitrogène.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...