Le point Vétérinaire n° 265 du 01/05/2006
 

NOUVEAUX ANIMAUX DE COMPAGNIE

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Adeline Linsart*, Hervé Pouliquent**


*16, avenue du Clos-Jaunet,
44100 Nantes
**Unité de pharmacologie
et toxicologie,
ENV Nantes, Atlanpole, La
Chantrerie,
44307 Nantes Cedex 03

Les intoxications des rongeurs et du lapin sont assez fréquentes. Leur évolution est différente de celle observée chez le chien et chez le chat. Les médicaments, les plantes, puis les pesticides sont le plus souvent incriminés.

Résumé

La petite taille et le comportement exploratoire développé des rongeurs et des lapins les exposent à de nombreux dangers toxiques. Leur attirance naturelle pour les plantes entraîne des expositions orales à l’origine de manifestations digestives et/ou systémiques. Le fouissage est également à l’origine d’expositions cutanées et oculaires. Des intoxications graves avec une mortalité élevée surviennent via l’alimentation (désordres vitaminiques ou minéraux) ou l’accès à des produits dangereux lors de sorties non surveillées. Les accidents d’origine iatrogène sont également souvent évoqués : le long transit digestif de ces animaux les rend plus sensibles aux antibiotiques et aux anti-inflammatoires qui peuvent provoquer des entérocolites graves.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...