Le point Vétérinaire n° 264 du 01/04/2006
 

NUTRITION EN ÉLEVAGE LAITIER

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Francis Enjalbert

Service Alimentation,
Département Élevage
et Produits,
ENV de Toulouse,
23, chemin des Capelles
BP 87614
31076 Toulouse Cedex 3

L’alimentation de la génisse future laitière est garante d’un développement corporel satisfaisant et d’une production ultérieure correcte. La conduite d’élevage du prétroupeau est pourtant souvent négligée.

Résumé

L’alimentation de la génisse future laitière conditionne en partie ses performances ultérieures. Les meilleurs résultats de reproduction sont observés lorsque la note d’état corporel à l’insémination est de 3 à 3,5. Un niveau alimentaire suffisant est indispensable pour une puberté précoce lorsque l’objectif de premier vêlage est à deux ans. Les excès énergétiques en période prépubertaire peuvent cependant affecter le développement mammaire et la production ultérieure. Une croissance harmonieuse peut nécessiter des apports protéiques supérieurs aux recommandations actuelles.

L’élevage de la génisse future laitière obéit à des contraintes économiques, systémiques et zootechniques. La contrainte économique est la production à un coût aussi limité que possible d’animaux prêts à vêler. Elle nécessite le plus souvent la recherche d’un âge au vêlage faible, de l’ordre de deux ans. La contrainte liée au système de production précise encore cet âge optimal de vêlage, en fonction des objectifs de groupage des vêlages. La contrainte zootechnique vise à l’obtention d’animaux qui présentent un développement suffisant ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous