Le point Vétérinaire n° 264 du 01/04/2006

INFECTION OSSEUSE CHEZ LE CHIEN ET CHEZ LE CHAT

Se former

COURS

Romain Beraud*, Louis Huneault**


*Centre hospitalier universitaire
vétérinaire, université
de Montréal,
Faculté de médecine vétérinaire,
CP 5000, Saint-Hyacinthe
QC J2S 7C6
**Centre hospitalier universitaire
vétérinaire, université
de Montréal,
Faculté de médecine vétérinaire,
CP 5000, Saint-Hyacinthe
QC J2S 7C6

Les ostéomyélites sont des affections peu fréquentes chez le chien et chez le chat, mais difficiles à traiter. L’évolution des connaissances et l’utilisation de nouvelles techniques thérapeutiques améliorent leur pronostic.

Résumé

Les ostéomyélites post-traumatiques chroniques sont le plus souvent des infections simples d’origine bactérienne (en particulier Staphylococcus spp.), mais des bactéries anaérobies sont fréquemment retrouvées lors d’infection polymicrobienne. Les facteurs de risque sont une contamination initiale, la présence d’un corps étranger et un environnement favorable à la multiplication bactérienne. L’ostéomyélite post-traumatique concerne le squelette appendiculaire dans 90 % des cas. Le diagnostic repose sur des examens cliniques, radiologiques et bactériologiques. Le traitement est à la fois chirurgical (exploration, débridement du site, oblitération des espaces morts, greffe d’os spongieux, ablation du matériel d’ostéosynthèse, etc.) et médical (antibiothérapie systémique et/ou locale). Il permet d’obtenir des taux de guérison de 80 à 90 %, mais reste néanmoins long et coûteux à instaurer.

Par définition, l’ostéomyélite est une inflammation de l’os (moelle osseuse, cortex et éventuellement périoste) causée par un agent infectieux. Il existe de nombreuses classifications qui reposent sur plusieurs critères, comme le mode d’évolution du processus (aigu ou chronique), l’étendue de l’affection (diffuse ou localisée) ou son origine (hématogène, par contiguïté ou post-traumatique). La classification établie par Cierny et Mader en médecine humaine semble être la plus complète. Elle prend en compte le type anatomique d’ostéomyélite et la classe physiologique de ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK