Le point Vétérinaire n° 264 du 01/04/2006
 

MANIPULATION DES CYTOSTATIQUES EN CANCÉROLOGIE DU CHIEN ET DU CHAT

Se former

COURS

Jérôme Benoît*, Gérard Keck**, Frédérique Ponce***


*Unité de médecine interne,
ENV d'Alfort
**Unité de pharmacie-toxicologie, ENV de Lyon
***Unité de médecine interne,
ENV de Lyon

L’administration d’un agent anticancéreux nécessite la mise en place de mesures de sécurité. Souvent négligées, les règles de bonnes pratiques sont pourtant simples et peu onéreuses.

Résumé

Toute manipulation de cytostatiques entraîne une exposition professionnelle. Les mesures de précaution limitent néanmoins de façon significative le risque toxique pour le manipulateur. La toxicité à court terme peut se traduire par des effets cutanés ou oculaires, ou des manifestations allergiques. La toxicité à moyen et long terme peut être digestive, nerveuse, respiratoire, provoquer des troubles de la reproduction, une chute de cheveux ou avoir des effets cancérogènes. Pour la séance de chimiothérapie, il convient de choisir un lieu peu fréquenté. Les cytotoxiques doivent être manipulés par une personne compétente et vêtue d’une tenue de protection. Lors de leur administration, il importe surtout de prévenir les fuites du produit anticancéreux. Les déchets hospitaliers et les excreta des animaux traités doivent être manipulés avec les mêmes précautions.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...