Le point Vétérinaire n° 263 du 01/03/2006
 

CHIRURGIE DIGESTIVE DES RUMINANTS

Pratiquer

EN IMAGES

Sébastien Buczinski*, Anne-Marie Bélanger**


*Département des sciences cliniques, Faculté de médecine vétérinaire, Saint-Hyacinthe, Québec, Canada
**Département des sciences cliniques, Faculté de médecine vétérinaire, Saint-Hyacinthe, Québec, Canada

La ruminostomie au trocart est adaptée à des situations urgentes et à court terme. La fistule du rumen est préférable pour une utilisation à plus long terme.

La réalisation d’une fistule chronique du rumen sans trocart est un acte simple chez les bovins (transposable aux ovins et aux caprins). Elle est particulièrement intéressante lorsdesyndrome d’Hoflund de type 1, avec un défaut d’éructation qui peut persister plusieurs semaines. Lors de lacération pharyngienne ou de dysphagie d’origine nerveuse (listériose), la fistule permet, si elle est d’un diamètre suffisant, d’administrer du jus de rumen (par exemple 4 litres par jour) et des aliments, par exemple de la pulpe de betterave (2 kg) et de la luzerne (2 kg), mouillées en soupe dans le jus de rumen et administrées en trois repas par jour.

Une alternative à la nutrition parentérale

En raison du coût élevé de la nutrition parentérale chez un adulte, un apport d’aliments par l’intermédiaire d’une fistule directement dans le rumen est un moyen intéressant d’éviter la dénutrition d’un animal dysphagique. Trois cas d’alimentation directe via une fistule ruminale ont été rapportés récemment chez des vaches atteintes de listériose, de fracture de la mandibule ou d’une lacération pharyngée provoquée par un bolus [1]. La ruminostomie décrite ici est réalisée chez une génisse qui présente un anévrisme en région carotidienne((1)). La mort prématurée de la génisse n’a pas permis d’attester de l’intérêt du dispositif dans ce cas particulier. À l’autopsie toute­fois, lafistuleparaissait satisfaisante (adhérences correctes).

Différer la ponction pour assurer l’étanchéité

Une complication fatale de péritonite diffuse liée à une déhiscence précoce de la plaie a été rapportée [2]. Une fixation du rumen à la peau réalisée avec un fil irrésorbable de diamètre adapté associé à un minimum de 8à 12 points d’attache permet de l’éviter [1].

La technique décrite est plus sûre que celle réalisée avec un trocart de Buff. Dans le cas décrit, la fixation du rumen est étanche, ce qui limite les écoulements ruminaux dans la cavité péritonéale, en particulier si la ponction du rumen n’estentrepriseque24à 36 heures après son attache à la peau. La taille du trocart disponible ne conditionne plus celle de la fistule. Le diamètre de la fistule réalisée est alors choisi en fonction de l’objectif recherché (petite taille lors de défaut d’éructation, grande taille pour une alimentation par le rumen). À long terme, la fistule est mieux tolérée qu’un trocart (risque élevé de nécrose). Une antibiothérapie instaurée pendant trois à cinq jours suffit. Lorsque son diamètre est inférieur à une piècede2 €, la fistule se referme spontanément en trois à quatre mois, après la reprise de l’éructation et le retour à la normale de la pression intra­ruminale. Lorsque la fistule mesure plusde3cm, il convient de prévenir l’éleveur qu’une seconde intervention peut être nécessaire pour la refermer. Pour le retrait d’un trocart en revanche, une seconde intervention est toujours nécessaire et elle s’effectue plus difficilement.

  • (1) Buczinski S, Bélanger A.-M. Masse parotidienne due à une rupture d’anévrisme carotidien. Point Vét. 2006;37(263):66-69.

À lire également

1 - Chigerwe M, Tyler JW, Dawes ME et coll. Enteral feeding of three mature cows by rumenostomy. J. Vet. Intern. Med. 2005;19(5):779-781.

2 - Kenney DG, Weldon AD, Rebhun WC. Oropharyngeal abscessation in two cows secondary to administration of an oral calcium preparation. Cornell Vet. 1993;83:61-65.

1 MatérielPeu de matériel est nécessaire :- un bistouri (non représenté) ;- des pinces mousses pour extérioriser le rumen (type Föster) ;- une paire de ciseaux de Mayo, un porte-aiguille et une paire de pinces, ainsi qu’une aiguille à section triangulaire et du fil non résorbable (Supramid® 3) ;- un tube percé ou une seringue dont l’extrémité a été coupée.

2 Réalisation de l’incision cutanéeUne sédation peut être réalisée à la xylazine (0,05 mg/kg par voie intraveineuse) afin de limiter les mouvements intempestifs du rumen lors de sa fixation à la peau.Après avoir effectué une anesthésie locale ou paravertébrale, ainsi qu’une préparation chirurgicale classique du flanc gauche, une incision circulaire de la peau est entreprise, un travers de main sous les apophyses transverses lombaires et 5 cm caudalement à la dernière côte. Son diamètre est inférieur à 2 cm lorsque seul un défaut d’éructation est présent et supérieur si une nutrition est envisagée par cette voie. La peau est ensuite retirée.

3 Dissection des plans musculairesLes muscles obliques externe (flèche), interne et transverse sont disséqués dans le sens des fibres, de façon mousse, à l’aide de ciseaux de Mayo ou de Metzenbaum. La dissection mousse limite les dommages musculaires et favorise la fermeture à moyen terme de la fistule.

4 Incision du péritoineLe péritoine est ponc­tionnéàl’aidedes ciseaux. Le rumen est alors visualisé derrière la plaie (flèche).

5 Extériorisation du rumenLe rumen est recherché grâce aux pinces épon­ges de Föster. La portion de rumen extériorisée par la plaie doit être caudo-dorsale à celle-ci afin de limiter au minimum les tensions excessives lors des contractions ruminales. Une portion de rumen de 3 à 5 cm doit pouvoir être extériorisée, afin de disposer de suffisamment de place pour placer les points sur le rumen.

6 Sutures du rumen à la peauLe rumen est fixé à la peau par des points en U non perforants réalisés à l’aide d’un fil irrésorbable (par exemple polyamide de perlon, Supramid® 2 ou 3). Aucune fixation aux muscles n’est nécessaire. Des points sont d’abord réalisés aux quatre points cardinaux, puis quatre autres sont ajoutés au minimum.

7 Aspect postopératoire immédiat Après l’intervention chirurgicale, le rumen peut, dans certains cas, être ouvert immédiatement. Néanmoins, pour limiter les risques de péritonite liés à un écoulement de liquide ruminal dans l’abdomen, il est conseillé d’attendre 24 à 36 heures (photo après 24 heures) afin que la fibrine ait isolé la fistule de l’abdomen.

7 Aspect postopératoire immédiat Après l’intervention chirurgicale, le rumen peut, dans certains cas, être ouvert immédiatement. Néanmoins, pour limiter les risques de péritonite liés à un écoulement de liquide ruminal dans l’abdomen, il est conseillé d’attendre 24 à 36 heures (photo après 24 heures) afin que la fibrine ait isolé la fistule de l’abdomen.

8 Ouverture de la fistuleLa muqueuse ruminale est ponctionnée au bistouri au centre du cadran formé par les points en U. Il n’est pas nécessaire de fixer la muqueuse en d’autres points.

9 Insertion d’un tube ou d’une seringueAfin de garder la fistule fonctionnelle, un tube y est inséré et fixé à la peau grâce à des points cutanés réalisés avec un fil irrésorbable. Une portion de seringue, perforée sur ses ailettes, peut aussi être utilisée. De la vaseline est appliquée ventralement à la fistule afin de protéger la partie déclive du flanc contre l’effet corrosif du jus de rumen qui s’écoule sur la peau. Le propriétaire de l’animal doit vérifier périodiquement la perméabilité de la fistule. Si besoin, elle peut être débouchée à l’aide d’un piston. Après une semaine, le tube ou la seringue peut être retiré : la fistule reste alors fonctionnelle tant que l’éructation n’est pas rétablie. Les fistules de large diamètre (plus de 3cm pour l’alimentation) sont refermées lorsque l’animal recouvre une alimentation normale.