Le point Vétérinaire n° 261 du 01/12/2005
 

PATHOLOGIE PORCINE

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Valérie Normand*, Florian Voisin**, Jean-Pierre Alno***


*Cabinet consultant
en élevage porcin
32, rue Général-Quinivet
56300 Pontivy
**Cabinet consultant
en élevage porcin
32, rue Général-Quinivet
56300 Pontivy
***Cabinet consultant
en élevage porcin
32, rue Général-Quinivet
56300 Pontivy

Les dominantes pathologiques varient selon l’âge et le stade physiologique : la gale et les infections urogénitales chez la truie, les diarrhées chez le porcelet, le rouget et les maladies respiratoires chez le porc charcutier.

Résumé

L’élevage de porcs fermiers se caractérise par un faible nombre d’animaux, ce qui limite l’incidence des maladies. Toutefois, certaines conditions d’élevage, telles que l’élevage en flux continu sur paille ou en plein air, et les insuffisances de prophylaxie favorisent l’expression de certaines maladies généralement bien maîtrisées en élevage conventionnel. Ainsi, le rouget, la gale et l’ascaridiose sont fréquents. La parvovirose constitue la principale infection spécifique responsable de troubles de la reproduction dans les élevages non vaccinés. Chez le porcelet, la diarrhée colibacillaire est souvent responsable de mortalités. Enfin, les maladies respiratoires, en particulier la rhinite atrophique et la grippe, dominent en engraissement.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...