Le point Vétérinaire n° 260 du 01/11/2005
 

DÉSÉQUILIBRES ÉLECTROLYTIQUES

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Anne Thébault

Brécihan
35290 Saint-Onen-la-Chapelle

Seules les hypocalcémies vraies (défaut d’ions Ca2+) peuvent provoquer des signes cliniques neuromusculaires. La complémentation calcique doit alors être raisonnée et contrôlée pour ne pas être néfaste.

Résumé

Le calcium est le premier élément minéral de l’organisme, dont 99 % sont contenus dans le tissu osseux. Il intervient dans la perméabilité des membranes cellulaires, l’activation ou l’inhibition des enzymes, la contraction musculaire, l’excitabilité neuronale, l’hémostase, etc. Le maintien de la calcémie dépend de la filtration glomérulaire, de la réabsorption tubulaire rénale, de l’absorption digestive et du métabolisme osseux. La mesure de la calcémie réalisée en routine évalue le calcium total. Or seul le calcium ionisé est biologiquement actif. L’appréciation de la calcémie vraie nécessite une correction préalable en fonction de la protidémie et de l’albuminémie. L’hypocalcémie vraie se traduit essentiellement par des troubles neuromusculaires. Des examens complémentaires permettent de déterminer son origine. Le traitement consiste le plus souvent en une administration raisonnée de calcium. Une complémentation trop rapide ou excessive peut aggraver les troubles.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...