Le point Vétérinaire n° 260 du 01/11/2005
 

SYNDROME CONFUSIONNEL CHEZ LE CHIEN ÂGÉ

Pratiquer

SUR ORDONNANCE

Valérie Dramard

vétérinaire comportementaliste, 16, rue Jeanne-d’Arc, 69003 Lyon

L’administration quotidienne de sélégiline et de propentofylline permet d’améliorer le comportement du chien âgé atteint de syndrome confusionnel.

Un chien mâle croisé beagle âgé de douze ans est présenté à la consultation parce qu’il ne dort plus la nuit depuis un mois. Il sollicite ses maîtres pour sortir ou pour se faire caresser et semble ne pas trouver le sommeil. En revanche, dans la journée, il somnole, ne joue plus et ne demande plus de caresses. Il fait ses besoins dans le jardin alors qu’avant il attendait d’être dans la rue, il ne va plus chercher sa laisse et ne répond plus aux ordres. Cet animal est atteint d’un syndrome confusionnel du chien âgé avec une perte des apprentissages, une diminution du niveau d’activité et des interactions sociales.

Selgian® : Reprise des apprentissages et neuroprotection

La sélégiline (Selgian®), inhibiteur irréversible de la mono-amine oxydase B (IMAO-B), possède une action antidépressive et anxiolytique. Elle augmente la concentration synaptique de la dopamine, de la noradrénaline et, dans une moindre mesure, de la sérotonine. La dopamine est impliquée dans les mécanismes d’apprentissage et la noradrénaline augmente le niveau de vigilance. La relance de la transmission de la sérotonine explique ses propriétés anxiolytiques et antidépressives, qui sont intéressantes quand l’animal souffre parallèlement d’anxiété ou de dépression d’involution.

La sélégiline a en outre une action neuroprotectrice sur les cellules nerveuses : elle facilite l’action de la superoxyde dismutase (SOD), enzyme qui capture les radicaux libres neurotoxiques. Elle est donc particulièrement indiquée dans le syndrome confusionnel du chien âgé, l’équivalent de la maladie d’Alzheimer chez l’homme (similitude des signes cliniques et de certaines lésions microscopiques).

La dose recommandée est de 0,5 mg/kg/j, mais peut être doublée pour une meilleure efficacité. Des modifications du comportement peuvent être constatées dès les premiers jours du traitement. Néanmoins, quinze jours de traitement sont au minimum nécessaires pour évaluer les effets du médicament. Le sevrage progressif n’est pas nécessaire car les effets de la molécule persistent pendant environ quinze jours. Lors de syndrome confusionnel du chien âgé, le traitement est administré à vie ; seuls le ralentissement du vieillissement irréversible du système nerveux et la réduction de ses conséquences comportementales sont en effet possibles.

Il est déconseillé de prescrire la sélégiline chez les chiennes gravides ou allaitantes en raison de son action antiprolactine et de l’associer à d’autres psychotropes. En revanche, il peut être intéressant de l’associer à des médicaments qui améliorent la perfusion cérébrale (Karsivan®, Candilat®). L’association avec la lévothyroxine est possible. En effet, les troubles confusionnels du vieux chien peuvent être l'un des signes d’une dysendocrinie (hypercorticisme, hypothyroïdie) ou d’une tumeur cérébrale. Même dans ce cas, la prescription de sélégiline reste pertinente pour améliorer les signes comportementaux. Elle est en outre indiquée lors de syndrome de Cushing dans le but de diminuer les signes comportementaux associés (apathie, fatigabilité, troubles anxieux ou dépressifs).

Karsivan® : Augmentation de la perfusion cellulaire et de l’activité métabolique

La propentofylline (Karsivan®) est un dérivé xanthique qui, outre ses propriétés bronchodilatatrices, favorise la micro-circulation centrale et périphérique en augmentant la déformabilité des globules rouges et en inhibant l’agrégation plaquettaire. La propentofylline favorise donc l’apport d'oxygène aux tissus de tous les organes. Elle accroît en outre l’activité métabolique en inhibant l’activité phosphodiestérasique. Enfin et surtout, elle a une action neuroprotectrice par amplification de l’activité adénosique et par réduction de la mort neuronale différée induite par l’activité glutamatocalcique. La propentofylline est donc particulièrement indiquée chez un chien âgé qui présente un syndrome confusionnel dominéparune baisse marquée du niveau d’activité.

La dose est de 5 à 10 mg/kg/j en deux prises. Il est recommandé de commencer le traitement à une dose d’attaque de 10 mg/kg/j et d’attendre au moins quatre semaines pour évaluer la réponse au traitement et, si nécessaire, de réajuster la dose. Il est conseillé de diminuer la posologie lors d’insuffisance rénale. La seule contre-indication est l’existence d’une cardiopathie à un stade avancé.

Il est possible d’associer la propentofylline à un traitement psychotrope comme le Selgian®, mais pas à un autre dérivé xanthique.