Le point Vétérinaire n° 259 du 01/10/2005
 

APRÈS LA FIN DES BREVETS

ÉCLAIRER

NOUVEAUTÉS

Éric Vandaële

4, square de Tourville
44 470 Carquefou

Les génériques ne sont pas des copies identiques de médicaments anciens. La démonstration de leur bioéquivalence remplace les études cliniques et toxicologiques.

Depuis le 30 septembre dernier, la France est le dernier pays européen à connaître l’arrivée des génériques d’ivermectine avec l’expiration des brevets de protection industrielle, alors qu’elle avait été le premier pays d’Europe, en 1981, à bénéficier du lancement de cet endectocide qui a révolutionné les antiparasitaires. Ces génériques n’élargissent pas la panoplie thérapeutique, mais la rendent parfois économiquement plus accessible (voir l’ENCADRÉ “Trois catégories de génériques”).Des copies, mais pas à l’identique « Les génériques sont-ils en tous points identiques au médicament de référence ? » ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...