Le point Vétérinaire n° 256 du 01/06/2005
 

PARASITOLOGIE DES OVINS

Se former

COURS

Jean-Pierre Alzieu*, Jean-Marie Gourreau**


*Clinique vétérinaire Les Althéas
31, rue Maréchal-Clauzel
09100 Pamiers
**Afssa - Lerpaz - Alfort
22, rue Pierre-Curie, BP 67
94703 Maisons-Alfort Cedex

Lucilia sericata et Wohlfahrtia magnifica sont les principales sources de myiases cutanées des ovins. Selon les conditions climatiques, elles peuvent survenir du début du printemps jusqu’à la fin de l’automne.

Résumé

Résumé

En expansion géographique et numérique, les myiases à Lucilia sericata et Wohlfahrtia magnifica peuvent créer un contexte pathologique limitant pour les productions, en particulier pour la production ovine. Les variations climatiques annuelles, le système d’élevage extensif des petits ruminants et l’hygiène générale parfois défectueuse favorisent l’expression de ces myiases. Dans l’espèce ovine, réputée la plus sensible, une chimioprotection par le dicyclanil en “pour-on” dès l’apparition des premiers cas sécurise la production pendant les périodes d’infestation. La maîtrise des myiases des petits ruminants permet aussi de limiter la prolifération de ces mouches, responsables de myiases chez d’autres espèces, dont l’homme.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...