Le point Vétérinaire n° 255 du 01/05/2005
 

MAÎTRISE DU PARASITISME CHEZ LES BOVINS ET LES ÉQUINS

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Gaël Virlouvet

25, rue Pierre et Marie Curie
35300 Fougères

Les antiparasitaires sont administrés à grande échelle chez les animaux de production. L’impact écologique de cette pratique fait l’objet d’une attention croissante.

Résumé

Utilisés à grande échelle chez les animaux de production et les chevaux, les antiparasitaires présentent des risques pour les insectes non-cibles. Certaines molécules insecticides (cyperméthrine, deltaméthrine) et endectocides (avermectines) entraînent des effets létaux et sub-létaux sur les diptères et les coléoptères coprophages. Ces effets varient en intensité et en durée en fonction de la molécule et de la forme pharmaceutique administrée. Les conséquences sur la faune non-cible dépendent également de la date d’administration, de la répétition des traitements, du nombre d’animaux traités et des conditions de l’écosystème local. Des méthodes alternatives de lutte antiparasitaire ont été proposées afin de limiter le risque toxique sur les insectes de la faune non-cible.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...