Le point Vétérinaire n° 255 du 01/05/2005
 

TUMEURS CÉRÉBRALES FÉLINES

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Constant Lecœur*, Alexandra Beck**


*5, villa Poirier
75015 Paris
**33, rue Rottembourg
75012 Paris

La tomodensitométrie et l’IRM permettent de diagnostiquer précocement les méningiomes. Les informations apportées par la tomographie déterminent la conduite thérapeutique, le suivi et le pronostic.

Résumé

Le méningiome est le plus souvent diagnostiqué chez le chat âgé de plus de dix ans, sans prédisposition raciale. Les symptômes sont d’apparition discrète et lente. Les déficits neurologiques dépendent de la localisation et de l’envahissement tumoral : changement du comportement, convulsions et ataxie sont les principaux signes observés. Lors d’atteinte nerveuse centrale avec des signes de compression cérébrale, il convient d’effectuer un scanner, voire une IRM. Ces examens complémentaires permettent de localiser la tumeur et d’effectuer un bilan d’extension local, éléments qui orientent le diagnostic, la démarche thérapeutique et le pronostic. Une suspicion de méningiome est une indication chirurgicale. Le taux de récidive est compris entre 7 et 21 % selon les études, après exérèse de la tumeur. Cependant la chirurgie intracrânienne nécessite l’utilisation de protocoles anesthésiques et de réanimation spécifiques afin d’éviter certaines complications telles qu’une augmentation de la pression intracrânienne et une anémie postopératoire.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...