Le point Vétérinaire n° 254 du 01/04/2005
 

PV

Anthropozoonose

Se former

COURS

Renaud Maillard*, Lénaïg Halos**, Henri-Jean Boulouis***


*Unité de Pathologie du Bétail,
ENV Alfort
UMR 956 BIPAR, laboratoire
des bactéries vectorisées,
7, av. du Général-de-Gaulle,
94704 Maisons-Alfort Cedex
**UMR 956 BIPAR, laboratoire
des bactéries vectorisées,
7, av. du Général-de-Gaulle,
94704 Maisons-Alfort Cedex
***Unité de Microbiologie,
ENV Alfort
UMR 956 BIPAR, laboratoire
des bactéries vectorisées,
7, av. du Général-de-Gaulle,
94704 Maisons-Alfort Cedex

Le chat et le chien peuvent héberger B. henselae, l’agent de la maladie des griffes du chat chez l’homme. Les bovins hébergent également des bartonelles dont les implications médicales sont peu connues.

Résumé

L’intérêt porté aux bactéries du genre Bartonella provient de leur pouvoir zoonotique démontré ou supposé. Parmi la vingtaine d’espèces décrites, deux ont l’homme pour réservoir et sept l’ont pourhôteaccidentel. L’espèce la plus connue des vétérinaires est B. henselae, responsable de la maladie des griffes du chat mais aussi d’affections variées (cardiaques, neurologiques, oculaires, etc.) chez l’homme. Rongeurs, chiens, chats et ruminants hébergent fréquemment diverses espèces de Bartonella. Leur rôle pathogène n’est toutefois pas toujours bien connu pour l’espèce hôte comme chez un éventuel hôte accidentel, humain ou animal. La mise en évidence de l’infection peut s’avérer délicate et doit faire l’objet d’une demande spécifique du praticien au laboratoire.

Les bactéries du genre Bartonella sont des (2-protéobactéries proches des genres Rickettsia et Brucella (voir l’ENCADRÉ “Bactériologie et taxonomie”). Vingt-deux espèces ou sous-espèces sont recensées (voir le TABLEAU “Espèces du genre ). À ce jour, neuf d’entre elles sont reconnues pathogènes pour l’homme. Les bactéries du genre Bartonella ont été isolées du sang de nombreuses espèces de mammifères, dont l’homme, les carnivores, les ruminants et les rongeurs. Parmi les espèces domestiques, le mouton, le porc et le cheval ne semblent pas ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous