Le point Vétérinaire n° 254 du 01/04/2005
 

INCOMPÉTENCE URINAIRE CHEZ LA CHIENNE

Pratiquer

EN IMAGES

Pierre Chantelot

service de chirurgie, École nationale vétérinaire de Nantes

Lors d’incompétence sphinctérienne urétrale, la colposuspension peut parfois être une alternative au traitement médical.

L’“incompétence urétrale” (dénomination de Peter Holt) correspond à une diminution de la résistance à l’écoulement de l’urine. C’est la principale cause d’incontinence chez les chiens adultes, notamment chez les femelles (80 % des cas d’incontinence urinaire acquise [a]).

Lors d’échec du traitement médical

Le traitement médical de l’incompétence urétrale est souvent efficace (voir le TABLEAU “Traitement médical de l’incompétence sphinctérienne chez la chienne”).

Lors d’échec, une intervention chirurgicale, la colposuspension, est possible (voir la FIGURE “Principe de la colposuspension”). Elle peut aussi être indiquée en première intention (en particulier chez les jeunes animaux), afin d’éviter le traitement médical parfois contraignant.

Complications

•Les traumatismes chirurgicaux sur les structures intrapelviennes peuvent provoquer un ténesme en phase de réveil. Celui-ci est toutefois facilement contrôlé par une analgésie adaptée.

•La dysurie est une complication rare (moins de 10 % des cas) [10, 13], sans doute liée à une dyssynergie réflexe. Elle répond aux traitements (antispasmodiques, myorelaxants, morphiniques(1), certains AINS, etc.) mais est exacerbée par les œstrogènes : ceux-ci doivent donc être interrompus au moins un mois avant l’intervention.

La dysurie peut aussi être due à la compression de l’urètre contre le pubis (sutures trop serrées). Elle peut rétrocéder spontanément ou nécessiter un sondage urétral à demeure pendant quelques jours.

•La formation d’un hymen avec accumulation de sécrétions vaginales est une complication rare et tardive, due à la rupture peropératoire d’un rétrécissement vestibulo-vaginal préexistant [10, 13].

Efficace dans 50 % des cas

La colposuspension seule est efficace dans plus de 50 % des cas. Elle apporte une amélioration chez 40 % des animaux mais est sans effet dans 10 % des cas [10, 11, 13]. L’amélioration intervient le plus souvent avant trois jours mais peut être différée jusqu’à douze mois (moyenne de quinze jours) [10, 11, 13].

Les échecs sont souvent dus à un nombre insuffisant ou à une désunion des sutures qui prennent appui sur le muscle droit de l’abdomen. Lorsqu’une nouvelle intervention est nécessaire, les résultats sont généralement moins bons.

Il est donc essentiel de placer correctement les sutures autour du tendon prépubien, d’en nouer (si possible) plus d’une de chaque côté et de limiter l’activité de l’animal pendant un mois (tenu en laisse).

Même si les résultats sont moinsprobants, la colposus-pension peut néanmoins constituer une alternative aux traitements médicaux, plus contraignants pour les propriétaires et qui s’accompagnent parfois d’effets secondaires.

  • (1) Médicament à usage humain.

1 Abord des tendons prépubiens Une sonde de Foley est introduite par voie urétrale dans la vessie de l’animal en décubitus dorsal. Le ballonnet est gonflé, puis plaqué au col vésical par une traction douce sur la sonde. Une laparotomie médiane, prolongée caudalement au bord du pubis, est réalisée en préservant les tendons prépubiens et les vaisseaux honteux externes.

Principe de la colposuspension

La colposuspension est une remise en place du col vésical par fixation chirurgicale du vagin aux tendons prépubiens. Elle permet une amélioration de la continence en déplaçant le col vésical d’une position intrapelvienne à une position intra-abdominale [4, 10, 13].

2 Sondage et traction vésicale. Le col vésical intrapelvin est repéré (ballonnet de la sonde de Foley) et ramené en position intra-abdominale par une traction crâne sur la vessie. 1. Vessie. 2. Urètre sondé. 3. Vagin. 4. Ballonnet de la sonde de Foley. 5. Traction crâniale sur la vessie.

3A Dissection du vagin (A) et site opératoire après dissection du vagin (B) Le vagin est libéré de sa graisse et de ses attaches de chaque côté de l’urètre. Un aide place son doigt dans le vagin et déplace l’urètre vers la gauche à travers la paroi vaginale, qui est repoussée vers l’extérieur du côté droit. La paroi vaginale est ensuite saisie à l’aide d’une pince tissulaire. Cette technique est répétée de l’autre côté de l’urètre.

3B Dissection du vagin (A) et site opératoire après dissection du vagin (B) Le vagin est libéré de sa graisse et de ses attaches de chaque côté de l’urètre. Un aide place son doigt dans le vagin et déplace l’urètre vers la gauche à travers la paroi vaginale, qui est repoussée vers l’extérieur du côté droit. La paroi vaginale est ensuite saisie à l’aide d’une pince tissulaire. Cette technique est répétée de l’autre côté de l’urètre. 1. Vessie. 2. Urètre sondé. 3. Vagin. 4. Ballonnet de la sonde de Foley. 5. Tendon prépubien.

4A Position du col vésical (A) et traction crâniale du vagin (B) Le vagin est déplacé crânialement, en exerçant une traction à l’aide des pinces tissulaires.

4B Position du col vésical (A) et traction crâniale du vagin (B) Le vagin est déplacé crânialement, en exerçant une traction à l’aide des pinces tissulaires.

5 Suture du vagin au tendon prépubien Le vagin est suturé sur les tendons prépubiens, situés à environ 1 à 1,5 cm de chaque côté de la ligne blanche. Le fil (monofilament irrésorbable, déc. 3,5 ou 4) traverse la paroi abdominale caudale au tendon, la paroi vaginale, puis la paroi abdominale crâniale au tendon. Les sutures sont placées le plus latéralement possible en évitant les vaisseaux honteux externes. Le nombre de points posés est limité par la présence de ces vaisseaux et dépend de la taille de la chienne.

6 Site opératoire avant suture de la paroi abdominale Il convient de vérifier que l’urètre n’est pas comprimé contre le pubis par l’arcade vaginale en glissant sous celle-ci l’extrémité d’un instrument à bout mousse. Les noeuds sont ensuite serrés, la sonde de Foley est retirée et l’abdomen est refermé classiquement. 1. Sutures au tendon prépubien. 2. Passage d’un instrument à bout mousse sous le pubis.

Traitement médicale de l'incompétence sphinctérienne chez la chienne (doses indicatives)

(1) Les hommes et les agonistes á-adrénergiques ont des modes d'action complémentaires et synergiques: ils peuvent être utilisés seuls ou en association [20]. Les différentes traitements peuvent engendrer des effets secondaires mais ceux-ci restent toutefois rares. D'après [3, 5, 8, 13, 15, 16, 17].