Le point Vétérinaire n° 253 du 01/03/2005
 

GASTRO-ENTÉROLOGIE BOVINE

Se former

COURS

Karim Adjou*, Bérangère Ravary**, Sébastien Buczinski***, Jeanne Brugère-Picoux****, Gilles Fecteau*****


*Unité de pathologie du bétail
**Unité de chirurgie,
ENV d'Alfort,
7, av. du Général-de-Gaulle
94704 Matsons-Alfort Cedex
***Faculté de Médecine
vétérinaire,
Université de Montréal,
Santé-Hyacinthe J2S7C6,
Québéc, Canada
****Unité de pathologie du bétail
*****Faculté de Médecine
vétérinaire,
Université de Montréal,
Santé-Hyacinthe J2S7C6,
Québéc, Canada

Si la détection du corps étranger vulnérant est rapide, le traitement de la réticulopéritonite traumatique peut être simple et efficace. Sa prévention est toutefois préférable.

Résumé

La réticulopéritonite traumatique est provoquée par la perforation de la paroi du réseau par un corps étranger acéré ingéré. C’est une maladie fréquente chez les bovins, à l’origine de fortes pertes économiques. Sur le terrain, sa forme aiguë est facilement suspectée. Les symptômes sont en revanche peu évocateurs lors d’évolution chronique : le diagnostic est souvent confirmé par des examens paracliniques. Les complications sont nombreuses (atteinte de multiples organes thoraciques ou abdominaux). Le pronostic dépend du lieu de la perforation du corps étranger. S'il migre au travers du diaphragme, le pronostic est réservé. Le traitement classique de la forme aiguë est fondé sur l’administration d’un aimant, d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...