Le point Vétérinaire n° 252 du 01/01/2005

THÉRAPIE CELLULAIRE ET IMMUNITÉ

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Pierre Lekeux*, Fabrice Bureau**


*Université de Liège
Faculté de médecine vétérinaire
Département des sciences fonctionnelles
Bât. B42, Sart Timan
B-4000 Liège
**Université de Liège
Faculté de médecine vétérinaire
Département des sciences fonctionnelles
Bât. B42, Sart Timan
B-4000 Liège

Devant des affections surtout polyfactorielles, l’ère du “tout antibiotique” semble révolue, comme l’illustrent certaines pistes actuelles de recherche.

Les affections respiratoires en élevage sont devenues plus fréquentes et plus graves. Elles sont de moins en moins souvent monofactorielles. Divers facteurs sont impliqués qui concernent l’animal, son environnement et les agents pathogènes incriminés.Sélection animale Les animaux ont été sélectionnés pour produire davantage, sans préoccupation de l’adaptation de leur métabolisme à leur capacité de production croissante. Le maillon le plus faible à ce titre est le système respiratoire, principalement dans les races à viande. La réserve ventilatoire se révèle insuffisante chez ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...