Le point Vétérinaire n° 252 du 01/01/2005
 

THÉRAPIE CELLULAIRE ET IMMUNITÉ

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Pierre Lekeux*, Fabrice Bureau**


*Université de Liège
Faculté de médecine vétérinaire
Département des sciences fonctionnelles
Bât. B42, Sart Timan
B-4000 Liège
**Université de Liège
Faculté de médecine vétérinaire
Département des sciences fonctionnelles
Bât. B42, Sart Timan
B-4000 Liège

Devant des affections surtout polyfactorielles, l’ère du “tout antibiotique” semble révolue, comme l’illustrent certaines pistes actuelles de recherche.

Les affections respiratoires en élevage sont devenues plus fréquentes et plus graves. Elles sont de moins en moins souvent monofactorielles. Divers facteurs sont impliqués qui concernent l’animal, son environnement et les agents pathogènes incriminés.Sélection animale Les animaux ont été sélectionnés pour produire davantage, sans préoccupation de l’adaptation de leur métabolisme à leur capacité de production croissante. Le maillon le plus faible à ce titre est le système respiratoire, principalement dans les races à viande. La réserve ventilatoire se révèle insuffisante chez ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous