Le point Vétérinaire n° 251 du 01/12/2004

APPROCHE POLYFACTORIELLE EN ÉLEVAGE BOVIN

Pratiquer

CAS CLINIQUE

Christophe Lebœuf*, Jacky Hodiesne**, Hervé Leclercq***


*GDS 50
BP 231
50001 Saint-Lô
**Clinique vétérinaire
15 rue Louis-Carpon
50410 Percy
***Clinique vétérinaire
15 rue Louis-Carpon
50410 Percy

Une trentaine de vaches d'un élevage laitier présentent une diarrhée hémorragique, signe possible de leptospirose. D'autres signes évoquent une ehrlichiose. Une virémie BVD transitoire est mise en évidence dans le même temps.

Résumé

Dans un élevage de soixante-dix-neuf vaches laitières, deux vaches présentent une hyperthermie, une toux et des râles. Une autre est atteinte de diarrhée hémorragique. Un traitement à base de fluoroquinolones et d'AINS est administré. L'hyperthermie affecte ensuite quatre autres vaches et la diarrhée hémorragique trente animaux. Une entérite hémorragique d'hiver est suspectée. Une vache meurt, deux sont euthanasiées. Les analyses réalisées sur les fèces sont négatives. D'autres symptômes sont alors observés : photosensibilisation, hémolactation, œdèmes des pâturons et des paupières, mortalités fœtales. Les titres sérologiques vis-à-vis de deux sérovars de leptospires pathogènes amènent à conclure à une leptospirose. Dix bovins sont séropositifs pour l'ehrlichiose. Une virologie BVD réalisée post-mortem est positive. Une participation d'Anaplasma phagocytophilum et du virus BVD est donc suspectée.

La leptospirose est une affection répandue sur la quasi-totalité des continents. Les zones équatoriales sont plus particulièrement affectées (voir l'ENCADRÉ “Leptospirose : répartition des différents sérovars”). Le caractère fréquemment inapparent de l'infection, le polymorphisme des signes cliniques, la fragilité des leptospires, leur isolement long et délicat, et l'interprétation difficile des résultats sérologiques expliquent pourquoi la leptospirose est une maladie malaisée à dépister, mal connue et souvent oubliée. Son incidence en France ne peut néanmoins être négligée [4]. Il est communément admis que l'une ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK