Le point Vétérinaire n° 250 du 01/11/2004
 

TUMEUR MAMMAIRE CHEZ UNE CHIENNE

Pratiquer

SUR ORDONNANCE

Jean-Claude Desfontis,

Unité de pharmacologie et toxicologie, ENV Nantes

L’administration de doxorubicine peut augmenter la durée de survie d’une chienne qui présente des tumeurs mammaires à haut risque de métastases.

Une chienne de race épagneul breton (pesant 20 kg), âgée de dix ans, est présentée à la consultation pour une tumeur mammaire. Après son ablation chirurgicale, les résultats de l’analyse histologique confirment la malignité de la tumeur. Un traitement médical est mis en place afin d’éliminer les métastases potentielles et de limiter les récidives.

Adriblastine® : Un antibiotique antinéoplasique

Adriblastine® est une spécialité pharmaceutique humaine qui contient de la doxorubicine, un antibiotique antinéoplasique de la famille des anthracyclines. La doxorubicine présente une activité cytotoxique et antinéoplasique par trois actions majeures :

– une liaison de forte affinité avec l’ADN par intercalation entre des paires de bases de brins adjacents, qui induit le blocage de la synthèse de l’ADN et de l’ARN, ainsi qu’une coupure du brin d’ADN par interaction directe avec la topo-isomérase II de l’ADN ;

– une liaison aux membranes, qui modifie leur fluidité et les échanges ioniques ;

– la production intracellulaire d’un radical libre semi-quinonique, à l’origine de la formation de radicaux libres hautement cytotoxiques, tel le superoxyde.

La doxorubicine est donc active sur toutes les phases du cycle cellulaire, avec toutefois une efficacité maximale pendant la phase de synthèse de l’ADN.

En pratique, l’administration est réalisée par voie intraveineuse stricte, lentement (pendant au moins dix minutes). La doxorubicine est diluée dans une solution isotonique de NaCl ou de glucose, à la concentration maximale de 2 mg/ml. En cas d’extravasation du produit, des lésions sévères de nécrose cutanée apparaissent autour du point d’injection. Son administration trop rapide déclenche une dégranulation mastocytaire et l’apparition d’un prurit intense, de plaques d’urticaire, de nausées, de vomissements, voire d’une hypotension. Il convient d’administrer un corticoïde afin de prévenir la libération massive d’histamine.

Malgré le faible nombre d’études évaluant l’efficacité thérapeutique d’une chimiothérapie antinéoplasique, le bénéfice de ces traitements est réel en termes de durée de survie chez des chiennes qui présentent des tumeurs mammaires à haut risque de métastases, voire avec des métastases pulmonaires installées. Le traitement est généralement répété trois fois à trois semaines d’intervalle.

La dose administrée est calculée en fonction de la surface corporelle de l'animal (30 mg/m2 chez le chien). Néanmoins, chez les animaux de petite taille (pesant moins de 10 kg), il est préférable d’administrer la doxorubicine proportionnellement au poids corporel de l’animal (1 mg/kg). Le calcul de la dose en fonction de la surface corporelle de l’animal est aujourd'hui remis en question.

Législation pharmaceutique vétérinaire : Pas de délivrance pour un traitement de plus d’un mois

Dans la mesure où aucun médicament vétérinaire autorisé pour des animaux de la même espèce ou d’une autre espèce, dans une indication thérapeutique identique ou différente, n’est disponible, le vétérinaire peut prescrire et a fortiori administrer personnellement un médicament autorisé pour l’usage humain (article L .5143-4 du Code de la santé publique).

Le praticien peut choisir, soit de faire délivrer cette ordonnance à son client par un pharmacien, soit de se procurer lui-même l'Adriblastine® en rédigeant une ordonnance « pour usage professionnel » qu’il présente dans une pharmacie. Le praticien n’a alors pas le droit de céder ces médicaments humains à son client, ce qui n’est pas ici le cas puisqu’il administre ce médicament lui-même.

Néanmoins, comme il s’agit d’un médicament visé par les dispositions relatives à la liste I des substances vénéneuses, le pharmacien ne pourrait théoriquement pas délivrer, en une seule fois, une quantité de médicaments correspondant à une durée de traitement supérieure à un mois (article R .5208 du Code de la santé publique). En pratique, le pharmacien devrait délivrer quatre flacons, à charge pour le propriétaire des animaux de faire de nouveau exécuter cette ordonnance, par exemple un mois plus tard, pour se faire délivrer les deux flacons restants.

En savoir plus

– Desfontis J-C, Gogny M. La doxo-rubicine. Nouv. Prat. Vét. 2003 ; 12 : 65-66.

– Lanore D, Delprat C. Chimiothérapie anticancéreuse. Editions PMCAC. Masson. 2002 : 160 pages.

– Sorenmo K. Canine mammary gland tumors. Vet. Clin. North Am .- Small Anim. Pract. 2003 ; 33 : 573-596.