Le point Vétérinaire n° 249 du 01/10/2004
 

MALADIES INFECTIEUSES DES BOVINS

Se former

COURS

Éric Vandaële*, Renaud Maillard**


*4, square de Tourville,
44470 Carquefou
**Pathologie du bétail,
ENV Alfort,
7, avenue de Général-de-Gaulle,
94704 Maisons-Alfort Cedex

L’efficacité de certains vaccins sur la protection fœtale permet d’envisager leur utilisation dans des plans d’assainissement des cheptels bovins vis-à-vis de l’infection par le BVD-MD.

Résumé

La lutte contre l’infection par le virus de la diarrhée virale bovine-maladie des muqueuses (BVD-MD) constitue un enjeu sanitaire et économique majeur pour l’élevage bovin. Des vaccins vivants (biotype cp) sont disponibles de longue date pour prévenir les manifestations cliniques et les infections transitoires. Ces vaccins présentent toutefois le risque d’une contamination industrielle par une autre souche de pestivirus, d’une infection fœtale pendant la gestation ou d’une recombinaison génétique. Ces risques, difficiles à maîtriser, ont conduit à développer des vaccins inactivés plus sûrs. Deux vaccins inactivés ont prouvé leur efficacité pour prévenir l’infection fœtale, donc la naissance d’animaux infectés permanents immunotolérants (IPI). Le dépistage des IPI, qui est la clé des plans sanitaires, n’est pas nécessairement entravé par la vaccination avec un vaccin inactivé. Grâce à la protection vis-à-vis des infections fœtales, la vaccination peut contribuer à un assainissement plus rapide des troupeaux.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...